Ankara pose des conditions à la reprise de relations avec Israël

le
1
    ANKARA, 28 décembre (Reuters) - La Turquie n'envisage pas 
une normalisation de ses relations avec Israël sans la fin du 
blocus de la bande de Gaza et sans des compensations pour les 
dix militants turcs tués lors de l'arraisonnement de la 
flottille de la paix par l'armée israélienne en 2010, a indiqué 
un porte-parole de la présidence turque lundi. 
    Cette déclaration refroidit les espoirs d'un rapprochement 
entre les deux pays après la conclusion d'un accord préliminaire 
de normalisation entre les deux pays lors d'une récente 
rencontre d'officiels israéliens et turcs en Suisse. 
    Les relations Ankara et Israël sont mauvaises depuis 
l'intervention de commandos israéliens contre un navire turc, le 
Mavi Marmara, faisant partie d'une flottille qui tentait 
d'apporter de l'aide humanitaire aux Palestiniens de la bande de 
Gaza soumise au blocus de l'Etat hébreu en 2010. 
    Lors de cette opération militaire, dix ressortissants turcs 
avaient été tués. 
    Les autorités turques demandent des excuses d'Israël, des 
compensations pour les familles des victimes et une levée du 
blocus de l'enclave côtière. 
    "Les relations entre la Turquie et Israël ne se 
normaliseront pas tant qu'Israël n'aura pas rempli ces trois 
conditions. Nous n'y avons pas renoncé", a dit le porte-parole 
Ibrahim Kalin. 
    "La Turquie continuera à jouer son rôle jusqu'à parvenir à 
une solution à deux Etats et que le peuple palestinien ait son 
Etat. Il ne peut pas y avoir de paix permanente dans la région 
tant que le problème palestinien ne sera pas résolu", a ajouté 
Kalin devant la presse. 
    Le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a indiqué la 
semaine dernière que les négociations sur le rétablissement des 
relations avec Israël se poursuivaient. 
     
 
 (Ece Toksabay et Tulay Karadeniz; Pierre Sérisier pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • raich2 il y a 11 mois

    Et la reconnaissance du génocide arménien passe aux oubliettes !