Ankara et Téhéran mesurent leurs désaccords

le
0
Le ministre turc des Affaires étrangères est en Iran pour évoquer les dossiers qui fâchent.

L'Irak, la Syrie, le nucléaire... Les contentieux entre Ankara et Téhéran, symptomatiques de leur rivalité régionale, s'amoncellent et ils sont au programme de la visite de deux jours qu'Ahmet Davutoglu effectue en Iran. Arrivé mercredi dans la République islamique, le ministre des Affaires étrangères turc a prévu d'évoquer les dossiers qui fâchent avec les autorités iraniennes, au moment où l'Occident fait à nouveau pression sur le programme nucléaire iranien et où l'Iran menace de fermer le détroit d'Ormuz. Motivant ce déplacement par son souci « d'empêcher une guerre froide au Moyen-Orient », le chef de la diplomatie turque a déclaré, avant de s'envoler pour Téhéran, que «des tensions interconfessionnelles seraient un suicide pour la région».

Frictions sur la Syrie

Dans un espace géographique en proie à de profonds bouleversements, les Turcs cherchent à la fois à placer leurs pions dans la nouvelle donne moyen-orientale et à maintenir l'Iran dan

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant