Ankara et Bagdad décidés à renforcer leur coopération militaire

le
0

ANKARA, 25 décembre (Reuters) - La Turquie et l'Irak se sont engagés à renforcer leur coopération militaire face aux djihadistes de l'Etat islamique, à l'occasion d'une visite du Premier ministre irakien Haïdar al Abadi à Ankara. L'armée turque participe d'ores et déjà à l'entraînement des peshmergas kurdes qui combattent l'EI dans le nord de l'Irak. En Syrie, des affrontements ont lieu tout près de la frontière turque que de nombreux réfugiés ont franchie. S'adressant à la presse en compagnie de son homologue irakien, le Premier ministre turc Ahmet Davutoglu a promis d'accroître l'aide militaire allouée à Bagdad. Haïdar al Abadi a quant à lui laissé entendre qu'Ankara pourrait fournir des armes à l'Irak. L'aide de la Turquie à la formation des peshmergas kurdes pourrait en outre être étendue à la garde nationale irakienne, a ajouté son hôte. "Nos ministères de la Défense vont étudier la chose de plus près. Nous avons déjà fourni une aide en terme de formation militaire. Nous sommes prêts à en apporter davantage dans ce domaine", a déclaré Ahmet Davutoglu. Avec l'appui aérien de la coalition formée à l'initiative des Etats-Unis, les peshmergas ont brisé cette semaine le siège du mont Sindjar, dans l'ouest de l'Irak, où plusieurs centaines de Yazidis étaient retenus depuis des mois. Haïdar al Abadi a assuré que l'Etat islamique perdait du terrain. Les relations entre Ankara et Bagdad se sont améliorées depuis son arrivée aux affaires, en septembre. Son prédécesseur Nouri al Maliki, reçu en 2010 en Turquie, reprochait à Ankara ses liens avec le Kurdistan irakien autonome. Les gisements pétroliers de la région étaient alors au centre d'un âpre contentieux avec Bagdad. Un accord sur la répartition des revenus qu'ils produisent a été conclu depuis. Contrairement à Nouri al Maliki, Haïdar al Abadi est favorable à une augmentation des exportations de pétrole via l'oléoduc construit à l'initiative du gouvernement autonome kurde qui traverse la Turquie. "Nous aimerions renforcer cet accord et poursuivre ces exportations via la Turquie. C'est dans l'intérêt de l'Irak", a souligné le Premier ministre. (Gulsen Solaker, Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant