Ankara doit protéger les journalistes menacés par l'EI-CPJ

le
0
    ISTANBUL, 13 avril (Reuters) - Le Comité de protection des 
journalistes (CPJ) a demandé mercredi à Ankara de mieux assurer 
la protection des journalistes après le meurtre d'un reporter 
syrien dans le sud-est de la Turquie, le quatrième en l'espace 
de six mois. 
    Zaher al Chourkate, qui travaillait pour le site internet 
"Aleppo Today", se rendait régulièrement sur la ligne de front 
pour rendre compte des combats contre l'Etat islamique. Il a été 
mortellement blessé au cou dimanche à Gaziantep près de la 
frontière syrienne. 
    L'agence de presse turque Dogan a annoncé son décès mardi 
tandis qu'Amaq, l'organe de médias de l'Etat islamique, 
revendiquait l'assassinat de Zaher al Chourkate dont le travail 
allait "à l'encontre" du groupe djihadiste. 
    "Les autorités turques doivent démontrer au plus vite que le 
meurtre de journalistes dans les rues de Turquie est 
inacceptable et qu'il ne restera pas impuni", a déclaré dans un 
communiqué Nina Ognianova, coordinatrice du CPJ pour l'Europe et 
l'Asie centrale. 
    L'assassinat de Zaher al Chourkate a été commis trois mois 
après celui de Nadji Djerf, un documentariste syrien abattu dans 
les rues de Gaziantep. 
    Avant ce meurtre, deux militants du groupe "Rakka est 
massacrée en silence", ont été tués d'une balle dans la tête et 
décapités dans la ville voisine de Sanliourfa. 
    Selon leur entourage, Nadji Jerf et les deux militants 
avaient réclamé la protection de la police turque après avoir 
reçu des menaces de mort. 
 
 (Avec Omar Fahmy au Caire,; Nicolas Delame pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant