Anigo, le pompier de service

le
0
Anigo, le pompier de service
Anigo, le pompier de service

Sa mauvaise réputation a eu beau le précéder, José Anigo est toujours là. Bien accroché à l'OM, son club de toujours dans lequel il est passé par tous les échelons? De défenseur dans les années 80, l'ancien « minot » est passé d'entraîneur intérimaire à responsable du centre de formation, pour terminer comme directeur sportif. C'est d'ailleurs dans ce dernier rôle qu'il se sent le plus à l'aise depuis maintenant neuf ans. Mais par la force des choses, l'homme de 52 ans doit aujourd'hui retrouver temporairement une place sur le banc de touche. « José Anigo a accepté de prendre la tête du staff technique jusqu'à la trêve hivernale, explique le club dans un communiqué après l'annonce du départ d'Elie Baup. Il sera sur le banc dès mercredi soir contre le Borussia Dortmund. Vincent Labrune et José Anigo tiendront une conférence de presse lundi en début d'après-midi. » Celui qui préfère évoluer dans l'ombre va devoir retrouver la lumière et l'exposition médiatique d'un siège que l'on considère souvent comme éjectable. Mais lui n'a rien à craindre, même s'il devra absolument limiter la casse et faire remonter son club au classement. Aujourd'hui, l'OM, battu par Nantes vendredi soir, n'est plus que cinquième du championnat. Et le podium semble ne plus être d'actualité.

Deux intérims en 2001 et 2004

C'est désormais d'honneur dont il est question. Et ça tombe bien, José Anigo en fait un défi personnel. Toujours prompt à défendre son club malgré les vents contraires, l'ancien joueur de Nîmes va s'évertuer à relancer un groupe que l'on sent en grosse difficulté. On se souvient de ces deux intérims sur le banc de l'OM avec à la clé des fortunes diverses. Une première expérience très brève en raison de divergences profondes avec Bernard Tapie, revenu aux affaires, en 2001-02. Un accrochage verbal sur la tactique à adopter avant un match à Bastia avait précipité son départ. Car José Anigo n'est pas du genre à se faire dicter ses choix. A l'OM, c'est lui le décideur. Il reviendra encore comme pompier de service après le départ d'Alain Perrin en janvier 2004. L'ancien coach de Troyes vivra à peu près les mêmes maux qu'Elie Baup. Des défaites en Ligue des Champions puis contre tous les ténors de Ligue 1. Et enfin, humiliation suprême, aucune victoire en quatre rencontres face au rival honni du PSG. Etrange ressemblance dans le scénario. Le nouveau metteur en scène, Vincent Labrune, a lui voulu créer un choc psychologique malgré l'amitié qu'il porte à l'ancien coach de l'OM.

Une finale de Coupe de l'UEFA avec Drogba et Cie

Reste qu'en 2004, l'expérience Anigo s'est révélée porteuse de résultats prometteurs. Notamment en Coupe d'Europe où l'équipe phocéenne, emmenée par un brillant Didier Drogba, avait atteint la finale de la Coupe de l'UEFA. En gérant ses troupes à l'affectif, Anigo parvient à se faire adopter par le groupe. Hélas, la saison suivante est beaucoup moins florissante et l'OM entre dans une nouvelle crise dont il ne sortira pas indemne. En novembre 2004, Anigo démissionne suite à deux défaites consécutives contre le PSG. Au final, son bilan n'est pas forcément terrible en tant qu'entraîneur avec moins de 50% de victoires. Mais son aura et sa mainmise sur toutes les composantes du club en font un intouchable. Un caractériel aussi. Ses divergences profondes avec Didier Deschamps (et son conseiller Jean-Pierre Bernès) auront raison de l'actuel sélectionneur des Bleus. Mais Anigo est aussi une solution de facilité pour Vincent Labrune qui cherche un homme de confiance pour redresser le club à court terme. Depuis quelques semaines, il se murmure au club que le directeur sportif marseillais, d'habitude plus distant sur le sportif, s'est rapproché du groupe. Et ne serait pas pour rien sur le retour en grâce de Benoît Cheyrou dans le onze de départ. Il va désormais pouvoir imposer ses choix sans se cacher.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant