Anigo envisage à changer de système

le
0
Anigo envisage à changer de système
Anigo envisage à changer de système

La voix cassée, la mine déjà fatiguée, José Anigo a livré sa première conférence de presse avant un match de Ligue 1 cette saison vendredi au siège de l'OM. Et pas n'importe lequel puisqu'il s'agira d'aller défier l'Olympique Lyonnais à Gerland dimanche soir. Entre ses premiers sentiments sur le match face à Dortmund et le système qu'il pourrait mettre en place à Lyon, le nouvel entraîneur marseillais s'est livré pendant vingt petites minutes. Morceaux choisis.

Son retour sur le banc de l'OM

Je l'ai bien vécu, sereinement. Je n'avais pas de stress, ni d'appréhension avant la rencontre. J'étais sûr du projet mis en place. Les joueurs ont répondu présent. J'étais juste chagriné pour les cinq premières minutes du match et les cinq dernières.

L'expulsion de Payet

Je trouve l'expulsion sévère. Il avait déjà pris un carton jaune quelques minutes plus tôt. L'arbitre doit alors avoir une gestion des évènements. Il l'a fait en fin de match avec Lewandowski qui a aussi simulé sans être averti (ndlr : les images montrent au contraire qu'il y avait faute de Mandanda). Pour en revenir à la réaction de Dimitri après son exclusion (ndlr : il avait frappé avec son pied dans le poteau de corner), c'est celle d'un compétiteur frustré de devoir laisser ses coéquipiers. Je ne lui en veux pas.

Le point sur l'infirmerie

Pour Lucas (Mendes), tout va bien. Il est opérationnel pour le match face à Lyon. Jérémy (Morel) a reçu un coup à la cheville hier (jeudi). Il est resté en soin aujourd'hui. Il y a toujours une incertitude quant à sa participation au match de dimanche. On verra demain.

La prochaine rencontre face à Lyon

OM-PSG, c'est la rivalité. Mais OM-OL, je n'ai jamais senti ça. Il y a toujours eu du respect. Si on ne regarde pas le classement, ça reste un match intéressant et un choc du championnat. Après, la personnalité des dirigeants, c'est pour les médias. Ce sont les joueurs qui font le match. Il faut bien le négocier. Prendre trois points, ce serait énorme.

Un changement de système

Il y aura un cadre précis pour aller à Lyon et si tout le monde le respecte, ce sera plus simple. Si j'avais eu le temps de mettre en place une défense à trois, je l'aurais fait car je pense qu'on a les joueurs pour. Soyons honnêtes, je vais peut-être le faire à Lyon car je sais que j'ai les joueurs avec Mendes, Nkoulou et Diawara. On ne veut pas prendre de but pour ensuite essayer d'en marquer un. Mais si déjà on peut arrêter de prendre des buts, ce sera bien. Je n'ai qu'un jour pour préparer ça, on peut l'envisager, on y réfléchit.

Son avenir à long terme

Je ne veux pas me projeter plus loin que le 22 ou 23 décembre. J'ai appris dans ma vie que demain n'existait pas. Je suis là, je vis chaque jour avec du bonheur et du plaisir. Si le président a trouvé le 22 l'entraîneur idoine, tant mieux. Si ce n'est pas le cas, on en reparlera. On ne prend pas quelqu'un pour prendre quelqu'un : on veut prendre une personne qui veut s'installer sur deux-trois ans, c'est ça l'idéal. Je ne sais pas si mon intérêt est de rester jusqu'en mai pour trouver quelqu'un, c'est peut-être celui du club. Je le dis et le répète : vieillir me rend différent et je ne calcule donc pas demain. S'il faut aller plus loin, dans l'intérêt du club, on en reparlera.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant