Angolagate : Pasqua relaxé en appel, peine réduite pour Falcone

le
0
L'ancien ministre de l'Intérieur avait été condamné en première instance à un an de prison ferme dans cette affaire de vente d'armes à l'Angola. Les peines des hommes d'affaire Pierre Falcone et Arcadi Gaydamak ont été réduites par la cour d'appel de Paris.

La cour d'appel de Paris a fait preuve de clémence envers les principaux acteurs de l'affaire de l'Angolagate. A commencer par Charles Pasqua, poursuivi pour trafic d'influence passif et recel d'abus de biens sociaux dans un volet de cette affaire de vente d'armes à l'Angola dans les années 90. L'ancien ministre de l'Intérieur, condamné en première instance à trois ans de prison dont un an ferme, a été totalement blanchi vendredi. L'accusation avait requis à son encontre 3 ans de prison avec sursis et 150.000 euros d'amende.

Charles Pasqua, qui s'est dit «soulagé», était accusé d'avoir monnayé son intervention en faveur de l'attribution d'une décoration à l'homme d'affaires franco-israélien d'origine russe Arcadi Gaydamak, l'une des têtes pensantes de la vente d'armes selon l'accusation. En première instance, il avait ainsi été condamné pour avoir touché 1,5 million de francs (228.673 euros) au moment où Gaydamak se voyait remettre la médaille du Mérite. To

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant