Angleterre, l'idylle italienne

le
0
Angleterre, l'idylle italienne
Angleterre, l'idylle italienne

Claudio Ranieri, Antonio Conte, Francesco Guidolin, Walter Mazzarri...L'Italie est la nation qui sera la plus représentée parmi les entraîneurs de Premier League cette saison. L'Angleterre aime les "Mister" et les techniciens italiens n'hésitent plus à quitter la Botte pour le pays du Kick and Rush. Retour sur un coup de foudre réciproque.


15 septembre 2015. L'Etihad Stadium est étonnamment silencieux. La Juventus, pourtant jusqu'ici moribonde en Serie A, vient de mettre à terre Manchester City, alors solide leader de Premier League (2-1). Un succès en terre britannique analysé en fin de match par Patrice Evra, qui a pu goûter aux joies des joutes anglaises et italiennes : "Les équipes italiennes sont mieux préparées tactiquement et cela fait la différence en Ligue des champions... La Premier League, c'est le championnat le plus intéressant à regarder mais c'est limité tactiquement." Quelques mois plus tard, coup de tonnerre en Angleterre : Leicester remporte le titre de champion au nez et à la barbe du quatuor composé d'Arsenal, Chelsea et des deux Manchester, qui trustaient le trophée depuis 1995. L'artisan de ce miracle, Claudio Ranieri, est un pur produit du football italien. Francesco Guidolin (Swansea), Walter Mazzarri (Watford) et Antonio Conte (Chelsea) l'ont rejoint pour entraîner en Premier League cette année. Le Championship, la seconde division anglaise, n'est pas en reste puisque Roberto Di Matteo et Walter Zenga, tous deux nommés pendant l'été, seront à la tête d'Aston Villa et Wolverhampton pour la saison à venir. Un exode de nombreuses pointures du football italien trop massif pour ressembler à une simple coïncidence. Le respect de l'Angleterre pour le "Mister" ne constitue pourtant pas une nouveauté - Gianfranco Zola avait notamment dirigé West Ham de 2008 à 2010 et Chelsea a connu trois entraîneurs italiens dans les années 2000 : Gianluca Vialli, Claudio Ranieri et Carlo Ancelotti -, mais il semble avoir pris une nouvelle dimension depuis le début de la décennie grâce aux résultats probants que les techniciens originaires de la Botte ont continué à obtenir au fil des années.

"Faiseurs de miracles"


En 2012, Roberto Di Matteo prenait la tête d'un Chelsea en souffrance, quasi éliminé de la Ligue des champions, (défaite 3-1 à Naples en huitième de final aller), pour emmener finalement les Blues sur le toit de l'Europe. Francesco Guidolin, arrivé en janvier 2016 aux commandes d'un Swansea moribond (18eme de Premier League) ,…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant