Angers : opéré éveillé d'une tumeur cérébrale, il guide le neurochirurgien

le , mis à jour à 18:31
0
Angers : opéré éveillé d'une tumeur cérébrale, il guide le neurochirurgien
Angers : opéré éveillé d'une tumeur cérébrale, il guide le neurochirurgien

Pour la première fois au monde, le 27 janvier, un patient a été muni de lunettes 3D pendant qu'il était opéré - sous anesthésie locale mais éveillé - d'une tumeur cancéreuse au cerveau, à Angers (Maine-et-Loire). L'opéré a ainsi pu guider les chirurgiens afin d'épargner les connexions susceptibles d'altérer son champ visuel. La tumeur était en effet située près des zones du langage et des connexions visuelles.

Le malade n'ayant plus qu'un œil suite à une maladie ophtalmologique, il était d'autant plus essentiel de prendre ces précautions, a indiqué l'équipe du CHU d'Angers qui précise que trois semaines après l'intervention, le patient «est en parfaite santé».

«Cela ouvre la voie à de nouvelles opérations autrefois irréalisables»

C'est Evelyne Klinger, directrice de recherche à l'ESIEA, l'école d'ingénieur qui a mis au point le logiciel. Elle en a détaillé le processus à RTL. Des points lumineux sont envoyés dans le champ visuel du patient. S'il les voit, c'est que le neurochirurgien n'enlève pas trop de matière cérébrale. «Cette première réussite ouvre la voie à de nouvelles opérations autrefois irréalisables», estime-t-elle. La réalité virtuelle «ouvre la voie à des actes toujours plus précis et laisse envisager des interventions jusqu'alors irréalisables comme l'ablation de tumeurs cérébrales difficilement atteignables», a également souligné le neurochirurgien Philippe Menei du CHU d'Angers.

Le projet Cervo a été lancé en 2014

La chirurgie éveillée se pratique depuis les années 2000. Mais ce qui est tout à fait inédit, ce sont les lunettes 3D qui ont plongé le patient dans une réalité virtuelle permettant de tester des fonctions beaucoup plus complexes. «Tout comme il pouvait, jusqu'à maintenant, cartographier les réseaux du langage ou de la motricité grâce à la participation du patient éveillé, le neurochirurgien peut également localiser, et donc épargner, les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant