Angers, l'éternel cocu de service ?

le
0
Angers, l'éternel cocu de service ?
Angers, l'éternel cocu de service ?

Chaque année, c'est la même chose pour le SCO d'Angers. Une lutte acharnée dans le haut du tableau quasiment toute la saison, pour se faire passer devant dans les derniers instants. Actuellement troisièmes de Ligue 2, les Angevins vont-ils enfin passer le cap et s'inviter à la table des adultes ? Peut-être bien, en effet.

Angers, c'est le père ou la mère fidèle qui travaille dur toute l'année pour payer des vacances à sa famille, mais qui, à l'heure de passer prendre sa moitié pour l'amener à l'aéroport, la retrouve au plumard avec le voisin ou la voisine. Voilà, Angers, c'est le gentil cocu. Celui qui abat un travail de dingue toute la saison pour se la faire mettre dans les derniers instants. Et pas qu'une fois, en plus. Depuis que les Angevins sont remontés en Ligue 2 à l'été 2007, il y a huit ans, ils ont connu pas moins de cinq courses à la montée dans l'élite. Pour le résultat qu'on connaît. Nada. Ça fait mal. D'aucuns ne s'en relèveraient pas. Mais pas eux. Ceux-ci ont encore la force de continuer à se battre et à y croire année après année. Cette saison, au bout de 27 journées, les hommes de Stéphane Moulin sont de nouveau sur le podium, à un point derrière Brest, deuxième, et à huit de Troyes, qui fait la course en solitaire au sommet du classement. Alors, comme tous les ans, les supporters angevins y croient. Mais vont-ils encore se retrouver la queue entre les jambes au terme de la saison ? Quoi qu'il en soit, une telle abnégation méritait d'être louée. Oui, Angers mérite la Ligue 1. Pour l'ensemble de son œuvre.
Une dynamique qui s'inverse
2008-2009, 2009-2010, 2010-2011, 2012-2013, 2013-2014. Voilà les saisons lors desquelles les supporters du SCO ont vibré pour la L1, sans pourtant ne jamais atteindre le Nirvana. Mais pas question de terminer comme Kurt Cobain. Non, on a sa fierté dans le Maine et Loire. Pourtant, la répétition de ces courses effrénées a laissé des traces dans les esprits angevins. Hervé, supporter fidèle du SCO, témoigne : "Personnellement c'est vraiment dur à vivre parce qu'à chaque saison, on y croit vraiment, le jeu y est, on a le buteur qu'il faut, tout semble aller comme sur des roulettes, et patatra ! On ne monte pas. Ça devient un peu lassant à force. On se dit qu'on a vraiment les capacités pour monter, mais on se demande aussi si, au final, on n'est pas voué à seulement être une bonne équipe de Ligue 2..." Pour lui, "la non-montée la plus dure, c'était celle de l'an dernier", quand Angers jouait sur deux tableaux (championnat et Coupe de France) pour se retrouver marron à l'arrivée. "Ça a été un vrai coup au moral... On avait tout à gagner : un énorme parcours en Coupe de France, et la montée. On a voulu jouer les deux. Peut-être...


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant