Angela Merkel sous pression après les attentats parisiens

le
1
Angela Merkel dans le camp de réfugiés de Heidenau, le 26 août 2015. Photo d'archives. 
Angela Merkel dans le camp de réfugiés de Heidenau, le 26 août 2015. Photo d'archives. 

Sa réaction immédiate et ses mots très fermes n'ont pas empêché la polémique de continuer à gonfler ce week-end. Angela Merkel n'a pas tardé à réagir face aux attentats parisiens. Dans un communiqué publié samedi, la chancelière a dénoncé "une attaque contre la liberté" par ceux qui "haïssent la liberté" dans "une ville qui célèbre la liberté".

"Nous, vos amis allemands, nous nous sentons si proches de vous, nous pleurons avec vous, nous mènerons le combat ensemble contre ceux qui ont commis l'inconcevable contre vous", a expliqué la chef du gouvernement fédéral, tout en promettant de "tout faire" pour aider la France dans le "combat contre ces terroristes". Samedi à 13 heures, Angela Merkel a assisté à une réunion de son cabinet de sécurité avec le vice-chancelier social-démocrate Sigmar Gabriel, le chef de la diplomatie Frank-Walter Steinmeier ainsi que les ministres de l'Intérieur et de la Défense, Thomas de Maizière et Ursula von der Leyen. Elle est ensuite allée vêtue de noir, avec huit de ses ministres, signer le livre de condoléances à l'ambassade de France. La fermeté de la chancelière n'a pourtant pas empêché les critiques de s'abattre sur elle.

Ses propres alliés dénoncent son "laxisme"

Ses "alliés" bavarois de la CSU, qui ne mâchent pas leurs mots depuis plusieurs semaines face au "laxisme" de la chef du parti chrétien-démocrate (CDU) en matière d'immigration, ont "profité" des attentats...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • raich2 le lundi 16 nov 2015 à 11:12

    L'Allemagne regrettera d'avoir laissé entrer en masse des "réfugiés" parmi lesquels des nuisibles notoires infiltrés pour créer le chaos en Europe.Nous avons assez de nos problèmes pour en rajouter.