Angela Merkel souffle ses dix bougies dans la tourmente

le
0
Angela Merkel et son mari Joachim Sauer au festival de Bayreuth en juin 2015.
Angela Merkel et son mari Joachim Sauer au festival de Bayreuth en juin 2015.

Qui l'aurait cru ? Lorsqu'elle est devenue le 22 novembre 2005 la toute première chancelière allemande, peu de ses concitoyens auraient imaginé qu'elle resterait à son poste plus d'une décennie. Angela Merkel fête pourtant ce dimanche ses dix ans de « règne ». Élue en 2005, 2009 et 2013, elle est aujourd'hui encore le leader incontesté de la plus puissante économie d'Europe, celle que le prestigieux Frankfurter Allgemeine Zeitung a surnommée la chancelière « sans concurrence » (« alternativlos »). Quelques « fissures » commencent toutefois à apparaître dans la statue imposante de cette ancienne chimiste est-allemande. « Mutti » a vu sa cote de confiance chuter de quatorze points en deux mois (49 %), soit son plus bas niveau en cinq ans.

Ces dix années à Berlin ont été marquées par un redressement spectaculaire de l'économie du pays. Le taux de chômage n'a pas dépassé 4,3 % en septembre, alors qu'il atteignait 12,1 % en février 2005. 42,7 millions de personnes travaillent aujourd'hui en République fédérale, soit 4,4 millions de plus qu'en 2005. Le produit intérieur brut par habitant a, dans le même temps, explosé dans le Sud déjà riche, comme en Bavière (+ 29,2 %) et dans le Bade-Wurtemberg (+ 30,8 %), mais aussi dans les Länder issus de l'ex-RDA, telles la Saxe (+ 35,4 %) ou la Thuringe (+ 36,9 %). Les énergies renouvelables représentent, quant à elles, près de 30 % de la production d'électricité du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant