Angela Merkel campe sur ses positions

le
0
À l'ouverture du sommet, Merkel affichait des nerfs d'acier, se disant «convaincue» que les Européens allaient trouver de «bonnes solutions» à Bruxelles pour faire face à la crise de la dette.

Arrivée jeudi soir à Bruxelles, Angela Merkel n'avait aucunement l'intention de désarmer face à ses partenaires européens. Alors que les propositions franco-allemandes sont loin de faire l'unanimité, au sein de l'UE comme dans l'eurozone, la chancelière allemande s'installe dans le marathon des négociations avec la ferme intention de camper sur ses positions. La délégation allemande a prévenu: les Berlinois n'ont pas d'autres projets pour le week-end et sont prêts à faire déborder le sommet. Et même à en organiser un autre avant Noël, si cela s'impose.

Pas question pour la chancelière de céder à la panique face à la montée d'un «front anti-diktat». À l'ouverture du sommet, Merkel affichait des nerfs d'acier, se disant «convaincue» que les Européens allaient trouver de «bonnes solutions» à Bruxelles pour faire face à la crise de la dette. «Je demande la compréhension de ceux qui n'ont pas l'euro. Nous devons exprimer un signe fort à l'extérieur. Les

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant