Anelka poursuivi par la Fédération anglaise pour sa quenelle

le
0
NICOLAS ANELKA POURSUIVI PAR LA FÉDÉRATION ANGLAISE DE FOOTBALL POUR SA QUENELLE
NICOLAS ANELKA POURSUIVI PAR LA FÉDÉRATION ANGLAISE DE FOOTBALL POUR SA QUENELLE

par Mike Collett

LONDRES (Reuters) - La Fédération anglaise de football a annoncé mardi l'ouverture d'une procédure contre Nicolas Anelka, accusé d'avoir fait une "quenelle", geste dénoncé comme antisémite par le gouvernement français, au cours d'un match de Premier League le mois dernier.

L'action disciplinaire de la FA repose sur la règle E3 de la Fifa qui interdit "les gestes insultants ou indécents sur les terrains de football", précise la FA dans un communiqué.

S'il est reconnu coupable, l'ancien international français risque au minimum une suspension de cinq matches. Il a jusqu'à jeudi 18h00 GMT pour répondre à l'accusation de la FA.

Anelka dément que sa "quenelle" - main gauche posée sur l'épaule droite, bras droit incliné vers le sol paume en-dessous, soit "un signe nazi ou antisémite".

Il affirme avoir fait ce geste pour dédicacer un but marqué avec son club West Bromwich Albion contre West Ham à l'humoriste français Dieudonné M'Bala M'Bala qui l'a popularisé et est lui-même accusé d'antisémitisme.

Quel que soit le verdict de la FA, la "quenelle" a des conséquences en Angleterre où Zoopla, sponsor maillot de West Bromwich Albion, a annoncé qu'il cesserait son partenariat avec le club à la fin de la saison.

Le spécialiste de l'immobilier opérant sur internet versait trois millions de livres (3,6 millions d'euros) par saison à West Brom. Le groupe, dont un des directeurs, Alex Chesterman, est de confession juive, reproche à West Brom de ne pas avoir sanctionné Anelka.

En France, la "quenelle" a été dénoncée comme "une provocation choquante, écoeurante" par la ministre des Sports, Valérie Fourneyron. "Pas de place pour antisémitisme et incitation à la haine sur terrain de foot", a-t-elle écrit sur Twitter.

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a fait interdire le spectacle "Le Mur" que Dieudonné s'apprêtait à jouer en tournée en invoquant des "risques de troubles à l'ordre public".

L'humoriste a retiré de son spectacle les éléments les plus controversés mais reste sous surveillance.

Jean-Paul Couret pour le service français, édité par Tangi Salaün

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant