Anelka, l'histoire inachevée

le
0

Nicolas Anelka aime le PSG, mais vit à Londres. Nicolas Anelka a été formé dans la capitale, mais a surtout brillé outre-Manche. Nicolas Anelka est un "Titi", un produit de banlieue, mais il est et restera sans doute comme le plus gros raté de l'histoire du PSG. Pourtant, entre Paris et Nico, l'histoire a eu une seconde chance.

Nicolas Anelka est beau, jeune, musclé. Il vient de gagner une Ligue des champions avec le Real Madrid à vingt-deux ans. Là, sur la pelouse du Parc des Princes, en lever de rideau d'un amical contre les Corinthians en juillet 2000, il déambule avec ses lunettes de soleil sur le crâne, un débardeur en laine, le bas de son pantalon remonté le long de sa jambe droite et un sourire XXL. À ses côtés, Laurent Perpère, le président délégué du club, affiche la blancheur de ses dents également. Le boss du PSG vient de réaliser un gros coup en rapatriant Anelka au PSG contre 219 millions de francs. Anelka, formé à la maison avant de rejoindre Arsenal en 1997, revient chez lui. C'est le fer de lance de cette opération comm' maladroite que l'on appellera "Paris-banlieue" dans laquelle Anelka était censé devenir la locomotive de Luccin, Dalmat, Mendy et Distin. L'histoire a déjà livré son verdict, entre Anelka et le PSG, ce fut un fiasco. Pourtant, l'histoire avait bien commencé. Février 1996, Nicolas Anelka n'a que seize ans, mais débute en professionnel avec le PSG du côté de Monaco. Sept mois plus tard au Parc des Princes, le gamin de Trappes plante son premier but contre Lens et délivre une passe décisive, le tout en dix minutes. Le début d'une belle histoire... qui va tourner au cauchemar en janvier 1997. À quelques encablures du premier set de tennis contre la Juventus Turin en Supercoupe d'Europe, le fax du PSG – décidément maudit en 1997 – crache un missile. "Conformément aux règlements internationaux, nous vous informons que nous allons prendre contact avec votre joueur Nicolas Anelka." L'entête contient le logo d'Arsenal. Au siège du PSG, on entend les mouches voler... Depuis plusieurs mois, la direction sportive francilienne tracte avec le "clan Anelka" pour lui faire signer son premier contrat professionnel. Anelka, c'est 1,84m de vitesse, puissance et technique à dix-sept ans seulement. À ce moment-là, le joueur est sous contrat aspirant pour encore six mois, c'est-à-dire qu'il peut partir gratuitement dans le club de son choix en fin de saison. La presse met en avant ses deux frères, Claude

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant