Android : GOOGLE est accusé par Bruxelles d'abus de position dominante

le
0

(AOF) - La Commission européenne a informé Google de sa conclusion préliminaire selon laquelle la société a, en violation des règles de concurrence de l’Union européenne, abusé de sa position dominante en imposant des restrictions aux fabricants d'appareils Android et aux opérateurs de réseaux mobiles.

La firme américaine aurait subordonné l'octroi de licences pour certaines de ses applications propriétaires à l'obligation, pour les fabricants, de préinstaller Google Search et le navigateur Chrome de Google et de faire de Google Search le service de recherche par défaut sur leurs appareils.

Elle aurait aussi empêché les fabricants de vendre des appareils mobiles intelligents fonctionnant sous des systèmes d'exploitation concurrents basés sur le code "open source" d'Android.

Google est enfin soupçonné d'avoir accordé des incitations financières aux fabricants et aux opérateurs de réseaux mobiles à la condition qu'ils préinstallent en exclusivité Google Search sur leurs appareils.

La Commission pense que de telles pratiques commerciales peuvent renforcer davantage la position dominante de Google Search dans les services de recherche générale sur l'internet. Elle craint également que ces pratiques n'affectent la capacité des navigateurs mobiles rivaux à concurrencer Google Chrome et qu'elles n'entravent le développement de systèmes d'exploitation basés sur le code "open source" d'Android, lesquels offriraient des possibilités pour le développement de nouvelles applications et de nouveaux services.

Bruxelles a rappelé que l'envoi d'une communication des griefs ne préjuge en rien de l'issue de l'enquête.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant