Andreas Lubitz avait un passé dépressif sérieux, selon Bild

le
9
ANDREAS LUBITZ AURAIT EU UN PASSÉ DÉPRESSIF SÉRIEUX
ANDREAS LUBITZ AURAIT EU UN PASSÉ DÉPRESSIF SÉRIEUX

BERLIN (Reuters) - Andreas Lubitz, le copilote allemand qui a semble-t-il délibérément provoqué la catastrophe de l'Airbus A320 de Germanwings mardi dans les Alpes de Haute-Provence, avait été soigné en 2009 pour un "épisode dépressif grave", rapporte vendredi le quotidien allemand Bild.

Citant des documents internes et des sources au sein de Lufthansa, la compagnie-mère de Germanwings, Bild précise que le copilote a été l'objet d'un traitement psychiatrique sur une durée totale de dix-huit mois.

Le journal ajoute que le copilote était toujours sous traitement "régulier et particulier".

Ces documents, écrit Bild, seront transmis aux enquêteurs français, qui ont établi qu'Andreas Lubitz avait verrouillé de l'intérieur la porte du cockpit où le pilote l'avait laissé momentanément seul, avant de précipiter délibérément le vol 4U9525, qui transportait 149 autres personnes, contre une paroi des Alpes.

Lors d'une conférence de presse jeudi, le président du directoire de Lufthansa, Carsten Spohr, avait déclaré que le jeune pilote de 27 ans avait pris un congé de plusieurs mois lors de sa période de formation il y a six ans.

Mais il n'avait fourni aucune explication et ajouté que le pilote avait passé avec succès l'ensemble des tests, indiquant ne pas avoir d'élément indiquant une fragilité psychologique.

Invité vendredi matin de la chaîne i-TELE, le Premier ministre français, Manuel Valls, a souligné qu'il appartenait à la compagnie allemande "de donner le maximum d'éléments pour qu'on puisse comprendre pourquoi ce pilote en est arrivé à ce geste effrayant".

"Par principe, je suis prudent dès il s'agit d'une enquête qui est placée sous l'autorité de la justice mais tout s'oriente vers ce geste qu'on n'arrive pas à qualifier, criminel, fou, suicidaire", a-t-il également noté.

Toujours d'après Bild, Andreas Lubitz était victime de dépression et de crise d'anxiété lorsqu'il a interrompu sa formation, en 2009.

Le quotidien ajoute que son dossier auprès de l'autorité allemande de contrôle du transport aérien (Luftfahrtbundesamt) porte la mention SIC, une abréviation qui signifie que Lubitz devait se soumettre à un suivi médical régulier.

Une porte-parole de la compagnie allemande s'est refusée vendredi à tout commentaire sur sa santé.

(Victoria Bryan avec Marine Pennetier et Henri-Pierre André à Paris)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • slivo le vendredi 27 mar 2015 à 11:00

    Voler met toujours les gens en état de dépression . Par ailleurs, ce n'est pas une activité naturelle; cf. Icare.

  • M4358281 le vendredi 27 mar 2015 à 10:44

    ils auraient embauché un "siphonné" .. un mec qui a été bercé trop près du mur ..???? la honte ..

  • M4358281 le vendredi 27 mar 2015 à 10:40

    une histoire de fous ou de mu z z ... ou les 2 !

  • kurki le vendredi 27 mar 2015 à 10:10

    La question centrale : la compagnie savait que ce pilote était suivi pour troubles. Elle l'a laissé voler et doit en assumer toute la responsabilité.

  • pierry5 le vendredi 27 mar 2015 à 09:55

    Ce drame va générer la mise en place de réglementations par rapport à certains systèmes déficients, un meilleur contrôle de la santé mentale des pilotes, une meilleure surveillance du cockpit.... Malheureusement 150 personnes sont mortes du fait du laisser aller de pas mal de gens.

  • frk987 le vendredi 27 mar 2015 à 09:51

    Le mythe de l'aviation, on se croirait dans les années 30 avec Mermoz...un conducteur de matières dangereuses peut provoquer autant de dégâts, mais lui il est payé 9,43 euros de l'heure !!!!!

  • M449350 le vendredi 27 mar 2015 à 09:41

    Il m'a l'air évident que la compagnie est responsable et coupable d'avoir piloté un dépressif sérieux (18 mois de traitement en psychiatrie tout de même!) toujours sous traîtement!

  • roux.g le vendredi 27 mar 2015 à 09:36

    Irréprochables, oui. Mais la qualité ça a un prix, qui ne satisfait pas les actionnaires. Ils voudraient des pilotes irréprochables ET pas trop payés. Je précise que je ne suis pas pilote, et que je n'ai jamais été tenté par cette profession, soumise à trop de stress. Je suis très étonné qu'un pilote dépressif puisse piloter, vu le stress du métier et la responsabilité énorme qu'assument les pilotes.

  • M449350 le vendredi 27 mar 2015 à 09:30

    Si! Justement si on l'avait empeché 150 personnes innocentes seraient encore en VIE!!! Il faut être irréprochable pour piloter un avion de ligne, non? Avoir des nerfs en aciers! C'est le MOINS des choses lorsqu'on a des vies entres ses mains!!!!!!!!!!!!!!!