André Villas-Boas, le Spécial rien du Two

le
0
André Villas-Boas, le Spécial rien du Two
André Villas-Boas, le Spécial rien du Two

Depuis son départ du Zénith St-Petersbourg, André Villas-Boas était régulièrement annoncé dans les écuries européennes ambitieuses en mal de coach. Mais le jeune Portugais (39 ans), un temps perçu comme le nouveau Mourinho, a décidé de poursuivre sa carrière à Shanghai SIPG. Un choix de carrière qui met définitivement fin au fantasme du Special Two.

La vanne est de Thomas Thouroude, un peu avant minuit un dimanche soir de printemps 2012. Le célèbre animateur télé est alors aux commandes de feu L'équipe du dimanche, et balancer des punchlines fait partie de sa signature. Quitte à rire d'un homme à terre. La victime n'a même pas 35 ans, et six mois plus tôt, tout le monde voyait en elle un génie tactique. " Special Two ? Special rien du tout ouais... " André Villas-Boas rappelait alors son aîné José Mourinho, l'auto-proclamé Special One. Même nationalité, même tête de jeune premier, une collaboration commune à Porto - où le cadet était l'adjoint de l'actuel manager de Manchester United - et même trajectoire glorieuse avec les Dragons avant de signer à Chelsea sur un caprice de Roman Abramovitch. À l'été 2011, quand le milliardaire russe claque 20 millions d'euros pour racheter son contrat au club portugais, Villas-Boas a même des allures de Mourinho 2.0. Une plus grande précocité, un style de jeu plus offensif, une personnalité moins provocante et plus charmeuse. Et une maîtrise totale de la langue de Shakespeare.

Rebond raté à Tottenham


Sauf que cinq ans plus tard, c'est en Chine que le petit génie du "football management" va relancer sa carrière quand son ancien mentor pioche, certes, mais pioche à Manchester United. À trop être comparé à son illustre aîné, Villas-Boas s'est rapidement brûlé les ailes. À son arrivée à Stamford Bridge, il est persuadé de réussir là où le Mou a échoué, et annonce d'emblée qu'il sent que la Ligue des champions va atterrir à Londres. Prémonitoire, sauf que le technicien n'a pas prévu que ce serait sans lui, remercié entre les deux matchs de huitième de finale contre Naples. Et que ce serait son remplaçant sans grade, Roberto Di Matteo, qui assouvirait le plus grand fantasme du proprio de Chelsea. La suite pour Villas-Boas ? Une tentative de relance à Tottenham qui commence plutôt bien : une cinquième place en 2012-2013, le recrutement d'Hugo Lloris, aujourd'hui considéré comme le meilleur gardien de l'Histoire du club, ainsi que l'explosion de Gareth Bale en milieu offensif. Puis une nouvelle éviction avant noël 2014 pour une raclée de trop, subie à la maison contre Liverpool (0-5).

Plus de dix millions d'euros annuels en Chine


Trois mois plus tard, le Portugais n'hésite pas à…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant