André-Pierre Gignac garde espoir

le
0
André-Pierre Gignac garde espoir
André-Pierre Gignac garde espoir

André-Pierre Gignac, que pensez-vous de l'arrivée d'Albert Emon dans le staff ?Albert connaît très bien le club et ceci depuis très longtemps. Ensuite, toutes les compétences et toutes les forces positives ne peuvent nous faire que du bien. Je suis plutôt content, c'est bien pour le club et pour l'équipe. Je ne le connais pas assez pour en parler. J'attends les premiers contacts lors de la première séance d'entraînement. Il a amené l'OM en Ligue des champions (ndlr ; saison 2006-27). Il va nous faire bénéficier de son expérience. On fera un bilan après ses trois premiers matchs à nos côtés. On sera très vite fixé. Il connaît bien José Anigo et ils ont une relation de confiance. Il a été joueur et entraîneur de l'OM. S'il est là, c'est que le staff a estimé qu'on avait besoin de quelqu'un de supplémentaire. On fera un point dans les prochaines semaines. J'espère qu'il va nous apporter un brin de réussite et nous faire profiter de son expérience.

Avez-vous digéré la défaite contre Monaco ? Il le faut. Il y a un autre match qui arrive et c'est une remise en question perpétuelle. Dimanche, c'était un match charnière (0-2, 22eme journée de Ligue 1). J'avais mal? Mais on a la chance d'avoir un match joker ou bonus. Il faudra le négocier avec une victoire.

Avez-vous manqué d'envie contre l'ASM ? Je ne crois pas. C'est possible de perdre des matchs et d'être dans un mauvais jour. Il y avait une équipe de Monaco qui était plus présente dans les impacts et qui jouait mieux au ballon. Nous, il nous brûlait un peu les pieds. En additionnant le tout, ça fait une victoire logique de Monaco. A la fin, j'étais abattu. Mais on est au début du deuxième championnat. Il y a un enchaînement de matchs qui peut nous permettre de nous relancer. Tout le monde en est conscient.

« A Monaco, on a perdu sans les honneurs »

Souffrez-vous de l'environnement hostile ? Personnellement, j'ai connu bien pire. Les supporters ont le droit de s'exprimer. Ils auraient pu le faire avec un petit moins de violence dans leurs propos, mais ça n'engage qu'eux. Sur Twitter, je reçois aussi beaucoup de messages de soutien.

Es-ce que vous comprenez leur réaction ? Oui. Contre Nice (4-5, 16emes de finale de la Coupe de France), on a manqué de professionnalisme. On s'est fait avoir comme des enfants alors que le match nous tendait les bras. On jouait contre une équipe très jeune, mais j'avais l'impression qu'ils étaient plus matures que nous. Ça leur a fait mal, ils ont reçu un coup sur la tête et nous aussi. A Monaco, il n'y a pas eu la manière. C'est-à-dire ? On a perdu sans les honneurs. La coupe est un peu pleine pour eux. Mais on peut encore revenir. On a joker, mais il ne faut pas négliger les Valenciennois. J'espère que notre public sera derrière nous. On a trois matchs de suite à la maison, ça peut basculer, même si ce n'est pas évident à négocier. C'est un motif d'espoir. Est-ce un vrai avantage de jouer à domicile ? Pour moi, oui. Si on renverse la situation contre Valenciennes, on revient à six points de Lille. On reçoit Toulouse et Bastia. Le public sera derrière nous. Si on prend au minium sept points, on sera dans la course.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant