André Guelfi : "J'ai aidé Bernard Tapie, je ne cesse de le regretter"

le
1
André Guelfi, ici en 2004.
André Guelfi, ici en 2004.

L'histoire a été cent fois racontée. André Guelfi, impliqué dans l'affaire Elf, et Bernard Tapie, compromis dans le match truqué OM-Valenciennes, se retrouvent à la prison de la Santé en 1997. Les deux hommes sympathisent et l'ancien (il est né en 1919 au Maroc) décide d'aider l'ex-ministre de la Ville de François Mitterrand, alors au fond du trou. André Guelfi, très bien introduit dans les pays de l'ex-URSS, salarie Bernard Tapie autour de 50 000 francs par mois (7 600 euros) et autant en notes de frais, et ce, jusqu'en 2000. Au total, avec les intérêts, l'ancien patron d'Adidas serait redevable de 14 millions d'euros vis-à-vis d'André Guelfi.

De son côté, l'ancien patron de l'OM promet, dans un protocole d'accord signé le 4 mai 2000, de partager avec André Guelfi "les bénéfices escomptés d'un procès intenté au Crédit lyonnais" sur l'affaire de la vente d'Adidas. Seulement voilà, lorsqu'en juillet 2008 Bernard Tapie perçoit 403 millions d'euros, non seulement il n'entend pas partager, mais il insulte André Guefi, hurlant : "Tu n'es qu'un vieux fou, je ne te donnerai jamais un centime." "Je regretterai toujours d'avoir aidé cet individu alors que tout le monde lui tournait le dos. Tapie n'a aucune morale, aucune reconnaissance", lâche "Dédé la sardine", très amer. Une opération de corruption Ulcéré, Dédé la sardine (il doit son surnom à son ancien métier d'industriel de la pêche au large du Maroc et de la Mauritanie)...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • KRIST17 le mardi 17 déc 2013 à 01:39

    tiens...je croyais que les requins ne se bouffaient pas entre eux...légende