André Gomes, le magicien ose

le
0
André Gomes, le magicien ose
André Gomes, le magicien ose

Dans la famille des Portugais de Benfica sacrifiés par Jorge Jesus, nous demandons André Gomes. Rejeté par Porto, puis par les Aigles lisboètes, le milieu de terrain s'éclate à Valence, où il n'est plus très loin d'être adulé. Samedi dernier, Mestalla a scandé son nom pendant plusieurs minutes après son but contre Málaga. De quoi donner envie de se pencher sur le personnage.

Un amorti de la poitrine suave, un sombrero soyeux et une demi-volée imparable dans le but de Fabiano Freitas. Sa plus belle action sous les couleurs benfiquistas, André Gomes a la bonne idée de la placer contre le FC Porto. Bonne idée, car il s'agit évidemment du rival historique du SLB, mais surtout de son premier club formateur. Portista de naissance, le meneur de Valence devient rouge avec le temps et une trahison qui surviendra alors que le natif de Grijo n'a que 15 ans. Plusieurs années capitaine des jeunes Dragons, il finit par être mis de côté par l'entraîneur des U17 et quitte le club. Coup de massue. "Ça nous a fait très mal, mais à lui plus qu'à moi, comme il était là-bas depuis plus longtemps et avait été capitaine. Aujourd'hui encore, je ne comprends pas bien la décision du club. Il jouait très régulièrement et tout s'est écroulé d'un coup", se souvient Adérito Pedrosa, coéquipier et ami d'enfance d'André Gomes, sur Mais Futebol. Déprimé, le milieu de terrain hésite à suivre son pote parti à Pasteleira, petit club affilié à Boavista, mais finit par prendre sa chance. Un an plus tard, Pedrosa et Gomes atterrissent comme prévu à Boavista. Le premier y restera jusqu'en 2013, tandis que le second n'attendra pas plus loin que 2011 pour retrouver un club digne de son talent, en l'occurrence Benfica.

Là-bas, il croise la route de Bernardo Silva, Ivan Cavaleiro et João Cancelo et s'impose rapidement comme le leader naturel de cette petite bande de cracks. Et retrouve le brassard. "C'est un meneur balle au pied, mais aussi dans le vestiaire, il a toujours été très mature ", renchérit Pedrosa. Ça suffit dans un premier temps pour accéder à l'équipe principale benfiquista, mais pas pour devenir titulaire indiscutable aux yeux de Jorge Jesus. S'il bénéficie de beaucoup plus de temps de jeu qu'un Bernardo ou un Cavaleiro, Gomes ne joue pas assez pour un gamin de son âge. C'est d'autant plus frustrant que le maestro se montre pourtant décisif offensivement avec les grands, en marquant plusieurs buts importants et en délivrant quelques caviars. Jesus n'en a que faire, et Jorge Mendes flaire le bon coup. Il en parle à son pote Peter Lim qui, via sa Meriton Holdings, rachète la perle pour 15 millions d'euros, le fameux tarif formation exigé par Benfica. En 2014, André Gomes file à Mestalla en prêt avant d'y signer à titre définitif à l'été 2015.
[H2…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant