André Ayew pense que le titre va se jouer au mental

le
0
André Ayew pense que le titre va se jouer au mental
André Ayew pense que le titre va se jouer au mental
André Ayew, le milieu de terrain de l'Olympique de Marseille, ne pense pas que le match contre Saint-Étienne soit un tournant dans la saison de son équipe. Selon lui, le tire va se jouer jusqu'au bout.

André Ayew, est-ce que ce match contre Saint-Étienne est un tournant dans la course au podium ?
Pour moi, non. C'est un match important, comme tous les autres, qu'il faut gagner. Il y a trois points en jeu mais ce n'est pas encore un match décisif. Il reste douze matchs après celui-là. Pour nous, cela reste un duel important quand on connaît l'histoire des deux clubs. On est sur une série qui n'est pas très positive, alors on veut déjà aller prendre les trois points à Saint-Étienne.

Vos difficultés à l'extérieur peuvent devenir préjudiciables ?
C'est vrai que cela fait un moment que l'on n'a pas gagné à l'extérieur. Mais ce n'est pas pour cela que l'on veut prendre les points mais parce qu'on en a besoin, que ce soit à l'extérieur ou à domicile. On arrive petit à petit au bout du championnat, il faut donc essayer de refaire une série de victoires et de monter tout en haut du classement.

« On dit qu'on est mois bien, mais on est là »

Une victoire dimanche détacherait le trio de tête de la quatrième place...
On ne regarde que vers le haut. Pour aller en haut, il faut des victoires. Si on commence à gagner des matchs, on ne sera pas obligé de regarder derrière nous. C'est vrai que Saint-Étienne est à huit points de nous. Mais ce qui nous importe, c'est Lyon, Paris, et éventuellement Monaco aussi. C'est un championnat qui dans les quatre ou cinq prochaines journées peut être différent si des équipes ne se détachent pas.

Vous pensez être jusqu'au bout au coude à coude avec Lyon et Paris ?
Il y a les trois, plus peut-être d'autres derrière. Je pense que cela va être un championnat très compliqué jusqu'au bout, très serré. Peut-être qu'il y aura beaucoup de pression dans tous les clubs à un moment donné. Je pense que cette année, c'est un bon championnat. Tout le monde doit être prêt mentalement pour aller jusqu'au bout.

Mais le trio de tête tourne au ralenti. Est-ce un si bon championnat que cela ou un championnat intéressant parce qu'il est serré ?
Un peu des deux. Lyon, qui avait commencé difficilement, retrouve du peps depuis quelques temps. Paris, même si on dit qu'il est moins bien, est là. Nous aussi on dit qu'on est moins bien mais on est là. Juste derrière, il y a Monaco qui arrive petit à petit.

« Le favori reste le PSG »

Est-ce votre meilleure saison sur le plan personnel ?
Si on est champion de France, oui. Après je pense que mes deux premières saisons ont été très bonnes statistiquement parlant. J'ai peut-être apporté plus à l'équipe dans le jeu cette année. Je dois essayer de continuer comme cela et d'ajouter aussi l'aspect collectif, l'aspect personnel pour aider l'Olympique de Marseille à aller le plus loin possible.

Comment avez-vous trouvé le groupe depuis votre retour de la CAN ?
Le groupe est plutôt bien, l'ambiance est bonne. Elle serait meilleure avec des victoires au bout. Mais je pense qu'on est tous conscient du manque de résultats depuis quelques temps. Cette semaine le groupe est prêt, veut aller le plus haut possible. Les gens pensent qu'il y a beaucoup de changements mais ce n'est pas le cas.

Qu'est-ce que Marseille peut avoir de plus que Lyon et Paris dans la course au titre ?
Chaque équipe a ses qualités. On a peut-être moins d'expérience que Paris, mais je pense qu'on en a plus que Lyon. Cela va se jouer au mental. On ne peut pas juger ou se comparer à d'autres équipes, il faudra attendre la fin. Le favori reste le PSG mais dans le football il n'y a pas de vérité.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant