André Ayew délivre le Ghana

le
0
André Ayew délivre le Ghana
André Ayew délivre le Ghana

Longtemps mené sur un but stratosphérique de Masango, le Ghana s'est extirpé du piège sud-africain grâce à une fin de match renversante. Et peut surtout remercier André Ayew, décisif sur les deux buts de la qualification.


Ghana - Afrique du Sud
(2-1)

J. Boye (74'), A. Ayew (83') pour Ghana , M. Masango (18') pour Afrique du Sud.


Le long ballon est balancé. Face au Ghana, l'Afrique du Sud joue avec ses armes. Vaillante, mais sans grand succès depuis le début de la compétition, la formation des Bafana Bafana, a besoin d'un scénario miracle pour rallier les quarts de finale de cette CAN 2015. 16e minute, Masango se mue en prophète. Les fesses posées sur la pelouse, le milieu sud-africain se relève alors que le ballon revient à portée. Un zeste de kung-fu dans la reprise d'appui, une dose de génie dans les pieds. Limpide, la frappe lobée trompe Braimah qui ne s'attendait certainement à cette trajectoire tombée du ciel. Malmenée depuis le coup d'envoi, l'Afrique du Sud prend les devants, et espère, car dans le même temps, l'Algérie se charge de dominer le Sénégal. Mais le talent ghanéen fera fit du miracle et obtiendra le sien. Une remontée dans le dernier quart d'heure, et une qualification obtenue aux forceps, comme si le destin avait changé de camp en moins de 90 minutes. Un destin qui balance avant de pencher.
Un éclair dans la nuit
Miraculé suite au but de Gyan dans les derniers instants face à l'Algérie, le Ghana décide de s'assurer une place en quarts de finale dès les premiers instants. Entre pressing et combinaisons, les Black Stars, frères Ayew en tête, dominent une formation sud-africaine aux moyens techniques trop limités. Le benjamin, Jordan, passe même à un poil de crête de l'ouverture du score, après un bon déboulé d'Atsu. Après frappe croisée et repoussée par Khuzwayo , le Lorientais récupère le ballon, dribble le portier et pense avoir libéré les siens. Un retour salvateur sur la ligne l'empêche néanmoins de se réjouir, à l'instar de Mensah, qui de la tête, avait frôlé le poteau quelques secondes auparavant. Deux occasions pragmatiques, qui cèdent leur place à la frappe fantasmagorique de Masango. Menés, les hommes de Grant ne désarment pas, et chauffent une nouvelle les gants du solide Khuzwayo, bien décidé à ne...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant