Andranik Teymourian : " Queiroz raffole de la nourriture iranienne "

le
0
Andranik Teymourian : " Queiroz raffole de la nourriture iranienne "
Andranik Teymourian : " Queiroz raffole de la nourriture iranienne "

Andranik Teymourian est depuis quelques mois devenu le capitaine de la sélection iranienne. À 32 ans, il fait aujourd'hui partie des cadres d'une équipe rajeunie après un surprenant Mondial au Brésil. Arménien d'origine, chrétien de foi, l'ancien joueur de Bolton et de Fulham nous parle de son pays, de l'exercice de sa religion, de Carlos Queiroz et même un peu de bouffe.

Tu as été formé dans un club arménien à Téhéran. Est-ce qu'il y en a beaucoup en Iran ? Oui, tu as quelques clubs arméniens en Iran, dont celui où j'ai été formé qui s'appelle le FC Ararat Tehran. C'est le plus populaire en Iran. D'ailleurs, les clubs arméniens peuvent jouer dans le championnat au même titre que les autres équipes. Par exemple, le FC Ararat jouait en première division il y a dix ans.
Est-ce important pour ta communauté d'avoir quelques représentants en sélection nationale ? J'ai envie de te dire oui, bien sûr. Les Arméniens d'Iran ont toujours été ravis de me voir sur le terrain porter le maillot de l'Iran. D'ailleurs, je suis le dernier à l'avoir porté ces dix dernières années. Je me sens arménien, mais pour moi, je ne vois pas énormément de différences entre les Iraniens et nous. Ce qui est important pour moi, c'est que je puisse représenter mon pays sur le terrain autant que possible. Notre communauté se réduit chaque année. Mais nous restons nombreux et importants en Iran. Nous vivons une vie paisible, sans problème. Même pour un footballeur. Durant ma carrière, je n'ai vécu aucune discrimination. Tout est fait pour qu'on vive bien et qu'on se sente à l'aise. Tu sais, j'étais très heureux de jouer pour un club arménien, mais après, ça ne m'a pas empêché de jouer ailleurs en Iran.
La discrétion de vos églises, de votre foi, c'est aussi la raison pour laquelle vous êtes aussi bien intégrés, non ? Bien sûr que c'est important, avec ma famille et mes amis, nous pouvons prier, nous sommes libres, nous n'avons pas de problème. Je peux même faire le signe de croix quand je marque un but.
Quel a été ton ressenti quand Carlos Queiroz t'a choisi pour être le capitaine de ta sélection après la Coupe du monde ? J'étais très fier, c'était une grande surprise pour moi et pour ma communauté. Mais pour être honnête, je jouais pour mon pays depuis 2005. J'ai participé à ma première Coupe du monde en 2006, en Allemagne. Après, j'ai joué en Asian Cup en 2007, et depuis, je suis également allé à la Coupe du monde 2014, au Brésil. Donc on peut dire que j'ai de l'expérience et qu'au final, ce n'était pas une si grosse…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant