Ancien otage au Liban, le journaliste et diplomate Roger Auque est mort

le
0
Ancien otage au Liban, le journaliste et diplomate Roger Auque est mort
Ancien otage au Liban, le journaliste et diplomate Roger Auque est mort

Otage au Liban pendant presque un an en 1987, le journaliste et diplomate Roger Auque, âgé de 58 ans, est décédé lundi à Paris des suites d'un cancer. Ses obsèques auront lieu vendredi à 10h30 en l'église Saint-Germain-des-Prés, à Paris, a précisé à l'AFP l'un de ses proches, l'ancien député UMP Jean-Pierre Grand.

Né en 1956 à Roubaix (Nord) d'un père gaulliste et d'une mère communiste, il a été journaliste et grand reporter dans plusieurs médias comme RTL, La Croix ou Paris Match. Il était correspondant de guerre au Liban lorsqu'il avait été enlevé par le Hezbollah en janvier 1987. Il avait finalement été libéré le 27 novembre suivant en même temps que son confrère Jean-Louis Normandin.

«J'avais rencontré Roger Auque en 1983. Ce qui m'avait frappé, c'était sa passion pour son travail», a témoigné sur BFMTV Philippe Rochot, otage au Liban en 1986. «J'avais été libéré deux mois avant qu'il ne soit capturé. Je lui avais dit : «Fais gaffe, parce que ce ne sont pas des tendres là-bas.» Mais il était tellement passionné par son métier qu'il y est retourné. Et il est à son tour tomber dans le piège.»

Conseiller municipal et ambassadeur 

Fait chevalier de la Légion d'Honneur en 2004, il avait cédé aux sirènes de la politique et avait été élu conseiller municipal du IXe arrondissement de Paris sur la liste UMP en 2008. Un an plus tard, il était nommé ambassadeur de France en Erythrée par le président Nicolas Sarkozy. Il avait dû quitter ce poste et être rapatrié en France en août 2012 en raison de ses problèmes de santé. «Il était alors davantage intéressé par l'action que par l'observation», a estimé sur I-Télé Charles Pasqua, ministre de l'Intérieur pendant la crise des otages au Liban.

Roger Hauque avait de nouveau fait les gros titres de la presse en novembre dernier avec la sortie du livre «Les conquérantes». Dans cet ouvrage, la journaliste Christine Clerc affirme ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant