Analyse mi-séance AOF Wall Street - Les marchés hésitent

le
0

(AOF) - Wall Street est à l'équilibre à la mi-séance. La prudence risque d'être de mise toute la semaine dans la perspective d'un discours de Janet Yellen, la présidente de la Fed, vendredi. Les investisseurs spéculent sur un discours davantage faucon que colombe. Selon le marché, l'institution pourrait relever ses taux plus rapidement que prévu, soit dans les mois à venir, voire dès septembre. Medivation bondit de près de 20% après son rachat par Pfizer pour 14 milliards de dollars. Vers 17h20, le Dow Jones est quasi stable (+0,01% à 18 554,9 points). Le Nasdaq gagne 0,17% à 5 247,41 points.

La joie de Pfizer doit être à la hauteur de la déception de Sanofi. Le géant américain de la santé vient de rafler la prometteuse biotech américaine Medivation au nez et à la barbe du français pour 14 milliards de dollars en cash, soit 81,50 dollars par titre. Pfizer n'a pas coiffé au poteau Sanofi, il l'a renversé. Pour remporter la mise, l'américain a proposé une prime de 21,35% sur le cours de clôture de Medivation de vendredi (67,16 dollars) et de 40% sur le dernier prix de 58 dollars proposé en avril par le français.

Les chiffres économiques du jour

Aucun indicateur n'est attendu.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

PFIZER/MEDIVATION

Mauvaise nouvelle pour Sanofi. Medivation a accepté de se vendre à Pfizer pour environ 14 milliards de dollars. Le géant américain valorise la biotech américaine à 81,50 dollars par action Medivation, soit une prime de 21,35% sur le cours de clôture de vendredi (67,16 dollars) et de 55% sur le prix de 52,50 dollars proposé en avril par le français. Face au refus de Medivation, Sanofi avait relevé son offre à 58 dollars par titre et sous forme d'un certificat de valeur conditionnelle lié aux ventes du Talazoparib, un traitement du cancer du sein en cours de développement.

VIACOM

Pour solder les divergences autour de sa gouvernance avec National Amusements Inc. (NAI), Viacom a indiqué qu'un accord avait été trouvé, qui prévoit le départ de son PDG Philippe Dauman. Il sera remplacé par Thomas Dooley, directeur des opérations du groupe depuis 2010, qui assurera l'intérim jusqu'à la clôture de l'exercice de Viacom fin septembre. Philippe Dauman va également rester président non-exécutif jusqu'au 13 septembre. Enfin, l'accord prévoit que le Conseil d'administration de Viacom sera étendu aux cinq administrateurs élus en juin par NAI.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant