Analyse mi-séance AOF Wall Street - Fin de semaine sans entrain

le
0

(AOF) - Les marchés américains évoluent en baisse pour cette dernière séance de la semaine, Wall Street étant clos demain pour le vendredi Saint. Les investisseurs réagissent à la chute du cours du pétrole (le WTI cède encore plus de 1% vers 17h) principalement causée par le rebond du dollar. La rechute des commandes de biens durables accusée en février n'incite pas non plus à l'optimisme. Au chapitre des valeurs, le géant du conseil Accenture tire son épingle du jeu après un solide deuxième trimestre. Vers 17h30, le Dow Jones abandonne 0,43% à 17 427,49 points. Le Nasdaq cède 0,37% à 4 751,1 points.

Coup double pour Accenture qui a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et relevé ses objectifs annuels. L’action du groupe de conseil en management, technologies et externalisation gagne de ce fait 2,95% à 110,84 dollars et figure parmi les principales progressions du S&P 500. Au deuxième trimestre 2016, clos fin juillet, son bénéfice net a bondi de 90% à 1,39 milliard de dollars, soit 2,08 dollars par action. Retraité des éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,34 dollar, surpassant aisément le consensus Zacks qui s’établissait à 1,18 dollar.

Les chiffres économiques du jour

En première estimation, l'indice PMI Markit des services aux Etats-Unis est ressorti à 51 en mars après 49,7 en février. L'indice composite, qui agrège les services et l'industrie, s'est établi à 51,1 après 50 en février. Le seuil de 50 sépare contraction et expansion de l'activité.

Les commandes de biens durables ont reculé de 2,8% en février après avoir progressé de 4,2% (révisé de +4,9%) en janvier. Le consensus Reuters était de -2,9%.

265 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées la semaine dernière aux Etats-Unis après 259 000 la semaine précédente (revu à la baisse de 265 000). Le consensus Reuters était de +268 000.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

ACCENTURE

Accenture a fait état de résultats trimestriels supérieurs au consensus, grâce à la forte croissance de son activité de conseil en Amérique du Nord. Au deuxième trimestre 2016, la société de conseil a enregistré un bénéfice net de 1,39 milliard de dollars, multiplié par près de 2 par rapport au deuxième trimestre 2015, soit 2,08 dollars par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,34 dollar. Le consensus Zacks tablait sur un bénéfice de 1,18 dollar par action.

DOLLAR GENERAL

En ouverture d'une réunion investisseurs, le distributeur discount Dollar General a détaillé ses objectifs financiers à long terme - sans donner plus de précision sur la date à laquelle il espère les atteindre. Dans le détail, Dollar General compte augmenter le retour annuel à ses actionnaires de 11 à 17%, son bénéfice par action de 10 à 15% et ses ventes de 7 à 10% par an. Le distributeur compte aussi accélérer les ouvertures de magasins afin d'atteindre 1000 points de vente en 2017.

EXELON

Les distributeurs d'électricité Exelon et Pepco ont finalisé leur fusion après avoir reçu l'accord de la Commission des services publics du District de Columbia. Par ailleurs, le District de Columbia qui est le dernier à statuer, a précisé à Exelon qu'il avait 30 jours pour convenir du paiement des 70 millions de dollars concernant les remises aux clients et la conservation de l'énergie. Exelon a indiqué qu'il examine le dossier.

TEREX

Le constructeur américain d'engins de chantier Terex a annoncé que le chinois Zoomlion Heavy Industry and Technology lui avait fait une deuxième offre non sollicitée de 31 dollars par action contre une première offre de 30 dollars par action en janvier dernier. Terex a décidé de poursuivre les discussions avec Zoomlion sur cette base, précisant qu'il n'y avait aucune assurance que le deal se fasse. Terex a tout de même précisé qu'il recommandait toujours un rapprochement avec Konecranes : les deux groupes ont signé un accord de fusion en août dernier.

YAHOO!

Starboard Value s’apprête à demander le remplacement de la totalité du conseil d’administration de Yahoo !, affirme le Wall Street Journal, qui a eu accès à une lettre écrite par le hedge fund. Ce dernier estime que les administrateurs et la direction n’ont pas respecté leurs promesses et qu’il ne faut donc pas leur confier la décision de choisir si le portail Internet restera indépendant ou non. Starboard Value avait demandé en novembre la cession des activités Internet de Yahoo !, une stratégie à laquelle la direction s’était ensuite ralliée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant