Analyse mi-séance AOF France/Europe - Pétrole et résultats d'entreprises en soutien des marchés

le
0

(AOF) - Les marchés européens repartent de l’avant, soutenus par les cours du pétrole et des résultats de sociétés. Le baril de Brent gagne ainsi près de 3% à 33 dollars alors que le président de l’Opep est aujourd’hui en Iran pour convaincre Téhéran de s’associer aux pays qui ont accepté de stabiliser leur production. S’agissant des résultats d’entreprises, Schneider Electric et Crédit Agricole font la course en tête, cette dernière ayant également annoncé un projet de simplification du groupe. Vers 12h30, l’indice CAC 40 gagne 2,03% à 4 194,08 points et l’EuroStoxx 50 1,92% à 2 875,33 points.

EDF n'est pas le seul électricien européen à souffrir de la baisse des prix de gros de l'électricité (-40% en un an). RWE ne versera pas de dividende sur ses actions ordinaires cette année après avoir accusé une perte nette en 2015. La sanction boursière est sans appel : le titre du groupe allemand plonge de plus de 10% à 10,30 euros. L'an dernier, RWE a accusé une perte nette de 200 millions d'euros en raison d'une dépréciation de 2,1 milliards d'euros sur ses centrales et de 900 millions liés à un report d'impôts. Les analystes tablaient sur un bénéfice net de 1,16 milliard d'euros.

A Paris, Crédit Agricole SA (+12,6% à 9,44 euros) occupe la première place du CAC 40, les résultats 2015 meilleurs que prévu s'accompagnant d'un projet de simplification de la structure complexe du groupe bancaire. Réagissant le 19 janvier à un article de Bloomberg, Crédit Agricole S.A en avait alors déjà dévoilé les grandes lignes, en particulier la cession de sa participation de 25% dans les caisses régionales à ces dernières. Il a précisé aujourd'hui que cette vente se fera pour un montant de 18 milliards d'euros.

Schneider Electric (+9,12% à 51,41 euros) affiche la seconde plus forte hausse du CAC 40 après avoir annoncé une hausse de son dividende de 4% et des résultats annuels supérieurs aux attentes. En 2015, le spécialiste des automatismes et des dispositifs électriques a certes vu son bénéfice net part du groupe reculer de 28% à 1,40 milliards, mais ce dernier a été impacté par des éléments exceptionnels. Le groupe a enregistré des charges de restructuration à hauteur de 318 millions d'euros en 2015, annonçant qu'elles devraient s'établir autour de 900 millions d'euros sur la période 2015-2017.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Les investisseurs attendent aux Etats-Unis l'indice des prix à la production de janvier, ainsi que les mises en chantier et les permis de construire pour ce même mois à 14h30. La production industrielle en janvier sera dévoilée à 15h15 et le compte-rendu du dernier comité de politique monétaire de la Fed à 20 heures.

A la mi-séance, l'euro est pratiquement stable à 1,1134 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant