Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les matières premières font plier les indices

le
0

(AOF) - Les marchés européens ne cessent de creuser leurs pertes depuis le début de la séance. Les indices sont lestés par les valeurs minières et pétrolières dans le sillage du repli des cours des matières premières. Le baril de Brent perd ainsi 2,27% à 39,55 dollars après avoir dépassé les 42 dollars le 18 mars. Toutes les valeurs de l’indice CAC 40 sont désormais dans le rouge. Hors CAC, Lagardère limite son repli grâce aux perspectives 2019 de sa division Travel Retail. Vers 12h15, l’indice CAC 40 perd 1,81% à 4 344,02 points tandis que l’EuroStoxx cède 1,42% à 2 999,10 points.

Un an après le changement de la législation italienne ouvrant la voie à la consolidation des banques coopératives du pays, le premier projet de rapprochement a été présenté : Banco Popolare se mariera avec Banca Popolare di Milano (BPM). A la Bourse de Milan, l'action de la première cède 1,34% à 6,985 euros tandis que celle de la second gagne 0,81% à 0,6855 euro. Cette fusion aboutira à la création de la troisième banque d’Italie par la taille des actifs, soit plus de 171 milliards d’euros. Elle afficherait une capitalisation boursière de 5,6 milliards d’euros aux cours actuels.

A Paris, Lagardère (-1,03% à 23,475 euros) limite ses pertes dans un marché parisien mal orienté (le SBF 120 recule de 1,67%) soutenu par les perspectives 2019 de sa division Travel Retail. En ouverture d'une réunion investisseurs consacrée à cette activité, le groupe a indiqué qu'il visait sur la période 2015-2019 une croissance annuelle moyenne du chiffre d'affaires proportionnel (qui inclut la quote-part des participations de Lagardère Travel Retail dans les joint-ventures) comprise entre 7% et 10%. Sa marge d'Ebitda récurrent proportionnel est attendue en hausse de plus d'1 point sur quatre ans.

Korian perd 2,05% à 26,300 euros après des résultats 2015 décevants. Le résultat net part du groupe du gestionnaire d'Ephad a chuté de 43,6% en pro forma (-4,2% en publié) à 58,7 millions d'euros, pénalisé par des éléments non courants (effets de périmètre et aux réorganisation). Le consensus FacSet tablait sur 97,8 millions. L'Ebit a reculé de 11,7% à 218,2 millions (+1,3% en publié) alors que le marché visait 227,7 millions. L'Ebitda a reculé de 4,1% à 342 millions (+8,8% en publié), soit une marge de 13,3%, en repli de 80 points de base, conforme au profit warning du groupe de mi-février.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En mars 2016, le climat des affaires en France est quasi stable, a annoncé l’Insee. L'indicateur qui le synthétise a perdu un point et retrouve son niveau de long terme de 100. Le climat a perdu deux points dans l'industrie et un point dans les services. En revanche, il a gagné trois points dans le commerce de détail et un point dans le commerce de gros. Il est stable dans le bâtiment.

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage et les commandes de biens durables en février seront connues à 14h30. L'indice flash des directeurs d'achat (PMI) Services de mars sera, lui, publié à 14h45.

A la mi-séance, l'euro est en léger repli à 1,1173 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant