Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les matières premières en soutien

le
0

(AOF) - Les marchés européens prolongent leur rebond dans le sillage des places asiatiques. Les investisseurs réagissent favorablement au rebond des cours du pétrole et des métaux (+3,48% pour le baril de WTI, +2,2% pour la livre de cuivre). Par ailleurs, les marchés sont paradoxalement rassurés par le repli des indices PMI en zone euro. Pour les économistes, cette contre-performance renforce en effet la probabilité de mesures de soutien plus agressives de la part de la BCE en mars. Vers 15h15, le CAC 40 gagne 1,66% à 4 293,29 points tandis que l’Euro Stoxx 50 progresse de 1,84% à 2 923,85 points.

La saison des publications de résultats continue de livrer son lot de mauvaises nouvelles pour le secteur bancaire. HSBC (-2,79% à 437,30 pence) affiche ainsi l'une des plus fortes baisses du marché britannique après avoir dévoilé une perte inattendue au quatrième trimestre. La banque a enregistré une perte avant impôts – l'indicateur de référence pour les valeurs britanniques - de 858 millions de dollars (775 millions d'euros) contre un bénéfice de 1,73 milliard de dollars un an plus tôt.

Le secteur minier est à l'honneur ce lundi. En hausse de 3,7% à 3,335 euros, ArcelorMittal signe la plus forte progression du CAC 40. Eramet gagne 3,61% à 16,67 euros et Aperam, 4,62% à 31,705 euros dans le sillage du cours des métaux. Ainsi, sur le LME, la livre de cuivre s'adjuge 2,16% à 2,13 dollars. Cette dynamique est partagée à Londres où les géants du secteur, BHP Billiton, Rio Tinto et Anglo Americain se distinguent favorablement. Si les groupe britanniques bénéficient de la faiblesse de la livre sterling, le secteur profite aussi de nouvelles encourageantes concernant la Chine.

Essilor peine à remonter la pente après avoir perdu plus de 2% vendredi suite à la publication de ses résultats annuels. Le titre sousperforme nettement le CAC 40 (+1,67%) s'adjugeant 1,1% à 110,6 euros, suite à des notes d'analystes ayant décidé d'abaisser leurs objectifs de cours sur le titre. Toutefois, ces derniers se montrent globalement plutôt compréhensifs concernant une perspective de marge inférieure à leurs attentes - au moins 18,8% en 2016 contre un consensus de 19,3% - en raison d'investissements importants prévus dans le marketing.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Le secteur privé français a renoué avec la contraction en février, a annonce le bureau d’études Markit. Selon une première estimation, l’indice des directeurs d’achat composite, qui prend en compte les secteurs manufacturier et des services, est ressorti à 49,8 en février contre 50,2 en janvier. Il s’agit d’un plus bas de– mois. L’indice pour le seul secteur des services est passé de 50,3 à 49,8, à comparer avec un consensus Reuters de 50,3. L'indice pour le secteur manufacturier s'est redressé, de 50 en janvier à 50,3 en février. Le consensus était de 49,9.

L’indice PMI Flash composite de la zone euro s’inscrit à 52,7 en février après 53,6 en janvier. Il ressort au plus bas depuis– mois.Les économistes tablaient sur 53,3. Dans les services, l'indice s'établit à 53 après 53,6 en janvier et un consensus de 53,3. L'indice manufacturier ressort, lui, à 51 après 52,3 en janvier et un consensus de 52.

La croissance du secteur privé allemand a ralenti en février, a annoncé le bureau d’études Markit. Selon une première estimation, l’indice des directeurs d’achats composite, qui prend en compte les secteurs manufacturier et des services, est ressorti à 53,8 en février contre 54,5 en janvier. Il s’agit d’un plus bas de 7 mois. Le secteur manufacturier est la cause de cette dégradation. Son indice des directeurs d’achats est tombé à 50,2 en février contre 52,3 en janvier. Il est au plus bas de 15 mois. Le consensus Reuters était de 52.

L'indice flash des directeurs d'achats (Markit) Composite pour février aux Etats-Unis sera connu à 15h45.

Ce midi, l'euro recule à 1,11057 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant