Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les marchés pénalisés par les bancaires et les pétrolières

le
0

(AOF) - Les marchés européens sont en baisse, pénalisés par la retombée du pétrole (-0,13% à 39,7 dollars pour le Brent). Dans ce cadre, les valeurs liées à l'or noir sont logiquement à la traîne. Les valeurs financières pèsent également sur la tendance, affectées par Citi, qui a dégradé sa recommandation sur le secteur d'Achat à Neutre. A Londres, Marks & Spencer échappe à la baisse des marchés grâce à des ventes supérieures aux attentes au titre de son quatrième trimestre clos fin mars. Vers 12h05, l’indice CAC 40 perd 0,36% à 4 269,14 points et l’EuroStoxx cède 0,31% à 2 732,75 points.

On ne peut pas encore parler d'"effet Rowe", du nom du nouveau PDG de Marks & Spencer en place depuis le début de la semaine, mais le fait est que sa première présentation financière est bien reçue. Le titre du distributeur progresse en effet de 1,36% à 426,1 pence alors que le groupe s'est de nouveau montré optimiste quant au redressement de la marge brute de son activité de vente non-alimentaire. Cette dernière est attendue en hausse de 240 à 250 points de base sur l'ensemble de l'exercice clos fin mars.

Pour une fois, le sujet de l'endettement de Numericable-SFR ne met pas le feu au cours de l'action. Cette dernière progresse de 0,94% à 29,525 euros, évoluant dans le peloton de tête du SBF 120, alors que l'opérateur télécoms a plus que doublé sa levée de fonds par émission obligataire. Initialement annoncée à 2,25 milliards de dollars, cette dernière a fait l'objet d'une forte demande et s'est finalement élevée à 5,19 milliards d'euros.

DBV Technologies recule de 2,47% à 60,86 euros après la publication de résultats 2015 conformes aux attentes des analystes. Le groupe spécialisé dans le traitement des allergies a creusé sa perte nette en raison de la forte hausse des dépenses de R&D et des frais généraux. La société de biotechnologie a vu sa perte nette s'élever à 44,7 millions d'euros contre une perte de 24 millions au titre de 2014. Les produits opérationnels ont augmenté de 29,5% à 6,2 millions tandis que la trésorerie s'est établie à 324,4 millions contre 114,6 millions un an plus tôt.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Le déficit commercial de la France s'est creusé à 5,18 milliards d'euros en février. Il était de 3,91 milliards en janvier (chiffre révisé de 3,71 milliards). Les importations ont progressé de 2,8% tandis que les exportations ont reculé de 0,2%.

Aux Etats-Unis, les inscriptions hebdomadaires au chômage sont attendues à 14h30.

A la mi-séance, l'euro recule à 1,1394 dollar

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant