Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les investisseurs reprennent leur souffle

le
0

(AOF) - En hausse en début de séance, les marchés actions européens évoluent désormais proches de l'équilibre. Après trois séances consécutives dans le vert, les places boursières semblent avoir besoin de reprendre leur souffle. Les investisseurs réagiront cet après-midi à plusieurs indicateurs économiques aux Etats-Unis, notamment l'ISM manufacturier pour le mois de juin. Au chapitre des valeurs, le secteur automobile français est soutenu par des perspectives favorables. Vers 12h20, le CAC 40 recule de 0,03% à 4 236,25 points tandis que l'Euro Stoxx 50 cède 0,22% à 2 858,48 points.

Les investisseurs d'Unicredit ne sont visiblement pas prêts à signer un chèque en blanc à Jean-Pierre Mustier, futur patron de la première banque italienne par la taille de l'actif. Alors que l'établissement transalpin a officialisé hier l'arrivée de l'ancien dirigeant de la banque d'investissement de Société Générale, le cours d'Unicredit perd plus de 4% ce matin, à 1,88 euro, entrainant dans son sillage l'ensemble du secteur en Italie. Cette réaction, contraire à ce que plusieurs analystes avaient pensé à l'annonce de cette nomination, peut s'expliquer de plusieurs manières.

A Paris, Renault (+3,67% à 70,95 euros) et Groupe PSA (+4,72% à 11,325 euros) signent les plus fortes hausses du CAC 40. La publication de perspectives de marchés rassurantes en France et au Royaume-Uni conduit les investisseurs à revenir sur un secteur qui a été très fortement chahuté par le Bexit. Entre vendredi dernier matin et lundi soir, Renault et Groupe PSA ont vu leur capitalisation fondre de 19% et 25,5%. Les opérateurs s'inquiètent de l'impact d'un probable retour en récession du Royaume-Uni sur les ventes des deux groupes et des conséquences de la baisse de la livre sur leurs comptes.

EuropaCorp (-3,80% à 3,54 euros) a atteint un plus bas de l'année tandis que le groupe a confirmé avoir vécu un exercice 2015-2016 particulièrement difficile. Sur cette période close fin mars, la société de production cinématographique a vu ses comptes passer dans le rouge avec une perte nette part du groupe de 27,7 millions d'euros. Sur l'exercice précédent, EuropaCorp avait été bénéficiaire à hauteur de 16,2 millions.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La conjoncture continue de se détériorer dans l'industrie manufacturière française, comme en témoigne l'indice PMI Markit de l'industrie manufacturière. Ce dernier s'établit à 48,3 en juin, un niveau proche de celui du mois dernier (48,4). En première estimation, il était ressorti à 47,8 en juin. L'indice s'inscrit en dessous de la barre des 50 sans changement pour le 4ème mois consécutif.

En Allemagne, l'indice PMI Markit du secteur manufacturier s'est établi en juin à un plus haut de 28 mois à 54,5 contre une estimation initiale de 54,4. Il était de 52,1 en mai.

L'indice PMI final pour l'industrie manufacturière de l'Eurozone se redresse de 51,5 en mai à 52,8 (estimation Flash : 52,6) en juin. Il atteint ainsi un plus haut de six mois. Tous les pays couverts par l'enquête enregistrent une expansion, à l'exception de la France, révèle Markit.

En zone euro, le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s'est établi à 10,1% en mai 2016, en baisse par rapport au taux de 10,2% enregistré en avril et à celui de 11,0% de mai 2015. Le consensus Reuters était de 10,1%.

Aux Etats-Unis, les investisseurs seront attentifs à l'indice définitif des directeurs d'achat (PMI) Manufacturier de juin à 15h45 puis aux dépenses de construction en mai et à l'indice ISM Manufacturier de juin à 16h.

Vers 12h15, l'euro 1,1109 dollar, en hausse de 0,09%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant