Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les indices quasiment stables, le dénouement est proche à Jackson Hole

le
0

(AOF) - Les marchés européens sont quasiment à l'arrêt après une matinée de cotation, hésitant sur la voie à suivre alors que se profile le discours de Janet Yellen à 16h, heure française. Depuis le début de la semaine, les investisseurs ont les yeux braqués sur cette échéance, anticipant des indications sur la politique monétaire à venir de la Fed. Dans ce contexte d'attentisme absolu, les publications semestrielles de Vivendi et Gemalto animent tout de même la séance, faisant chuter le premier et bondir le second. Le CAC 40 cède 0,12% à 4 401,48 pts et l'EuroStoxx 50 fléchit de 0,2% à 2 981,61 pts.

En Europe, Anheuser-Busch InBev progresse de 0,27% à 112,10 euros à la Bourse de Bruxelles. Le brasseur a établi son plan de restructuration lié au rachat de SABMiller. Le belge, numéro un mondial de la bière, compte réduire d'environ 3% le nombre de ses salariés dans le monde, selon Bloomberg. Cette baisse, qui concerne environ 5500 emplois, sera menée sur trois ans, en plusieurs étapes. Ces suppressions de postes permettront d'économiser 1,4 milliard de dollars de coûts par an.

A Paris, Vivendi (-1,79% à 17,27 euros) signe la plus forte baisse du CAC 40 après avoir publié des résultats du deuxième trimestre décevants. Si son bénéfice net ressort plutôt en ligne avec les attentes, à 187 millions en repli de 3,1%, c'est essentiellement grâce à la contribution positive de Telecom Italia intégrée pour la première fois dans les résultats du groupe. Vivendi est actionnaire à près de 25% de l'opérateur italien qui a enregistré une bonne performance au deuxième trimestre et relevé ses prévisions annuelles.

Gemalto (+7,03% à 62,3 euros) signe la plus forte hausse du SBF 120 après avoir publié des résultats semestriels rendant de plus en plus crédible l'objectif affiché d'une amélioration de la marge en 2016. Le groupe a d'ailleurs confirmé qu'il visait toujours une amélioration de 1,5 point de son taux de marge brute cette année. Au premier semestre, le spécialiste de la sécurité numérique a donc vu son bénéfice net progresser de 1,4% à 107,2 millions d'euros et sa marge brute augmenter de 2% à 586 millions d'euros. De ce fait, le taux de marge s'élève à 39,2%, en hausse de 92 points de base.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En juillet 2016, le nombre total de créations d'entreprises baisse de nouveau (-1,2 % après -1,6%), tous types d'entreprises confondus, en données corrigées des variations saisonnières et des jours ouvrables. Comme en juin, la hausse des créations d'entreprises classiques (+0,6 %) ne compense pas le recul des immatriculations de micro-entrepreneurs (-3,9 %), selon l'Insee.

L'Insee a confirmé la stagnation du PIB français au deuxième trimestre, après +0,7 % au trimestre précédent.

L'indice du climat des affaires en France s'est replié d'un point à 101 en août, a annoncé l'Insee, retrouvant son niveau d'avril dernier. "Le climat perd deux points dans l'industrie et un point dans le commerce de détail. Il est stable dans les services et le bâtiment", détaille l'institut. Le consensus des analystes le donnait en hausse à 103.

L'indice GfK, qui mesure le moral des consommateurs allemand pour le mois à venir, s'est établi à 10,2 contre 10,0 en août et 10,1 en juillet alors que le consensus Reuters le donnait en baisse à 9,9.

Côté Etats-Unis, la deuxième estimation de la croissance du deuxième trimestre et la balance commerciale de juillet sont attendues pour 14h30. Puis à 16h30, sera connu l'indice définitif de la confiance du consommateur de l'Université du Michigan pour août.

Vers 12h10 , l'euro est quasiment stable (+0,08%) à 1,1292 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant