Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les fusions & acquisitions animent la cote

le
0

(AOF) - Orphelins des banques centrales, les marchés européens débutent la semaine à proximité de l’équilibre. Ils sont animés par les opérations de fusions & acquisitions : Banco Popolare et Banca Popolare di Milano sont proches d’un rapprochement et Monsanto s’intéresserait à l’agrochimie de Bayer. Une seule statistique économique est attendue : les reventes de logements aux Etats-Unis. A Paris, l’annonce du départ du PDG d’Axa ne fait pas de vagues car il s’agit d’une demi-surprise. Vers 12h30, l’indice CAC 40 recule de 0,23% à 4 452,36 points tandis que l’EuroStoxx gagne 0,14% à 3 064,06 points.

En Europe, Telecom Italia (+3,56% à 1,046 euro) évolue dans le peloton de tête du FTSE MIB italien après avoir annoncé que des négociations sont en cours avec le Directeur général Marco Patuano autour de ses conditions de départ. Sans préciser depuis combien de temps la démission du patron de l'opérateur se prépare, le groupe a précisé qu'il faisait cette communication publique sur demande de la Consob, l'autorité des marchés financiers italienne. L'annonce faite ce matin par Telecom Italia intervient en tout cas comme une officialisation des informations évoquées par Bloomberg début mars.

A Paris, Axa a annoncé le départ le 1er septembre prochain de son PDG, Henri de Castries, après 17 années à la tête du groupe. Cette annonce ne fait pas de vagues en Bourse, où le titre de l'assureur (+1,09% à 21,825 euros) surperforme un CAC 40 soutenu par les financières. Selon CM-CIC Securities, ce départ ne constitue pas une " surprise majeure " dans la mesure où il avait préparé son départ dans les esprits. Lors de la présentation des résultats semestriels d'Axa en août dernier, Henri de Castries avait annoncé qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat, l'actuel courant jusqu'en 2018.

Après avoir ouvert en légère baisse, Casino a effacé ses pertes et gagne désormais 0,40% à 49,56 euros malgré la dégradation de sa note de crédit par Standard & Poor's. L'agence l'a faite passer de BBB- à BB+, avec perspective stable, ce qui fait désormais de la dette de Casino un actif "spéculatif". Cependant, cette évolution n'est pas vraiment une surprise puisque S&P avait placé, le 18 janvier, la note de Casino sous revue négative, faisant ainsi clairement planer la menace d'une dégradation sur le distributeur français.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Les reventes de logements en février seront connues à 15 heures.

A la mi-séance, l'euro est en légère hausse à 1,1283 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant