Analyse mi-séance AOF France/Europe - Les élections américaines mènent toujours la danse, Clinton regagne des points

le
0

(AOF) - Les investisseurs européens espèrent à nouveau qu'Hillary Clinton sera élue demain présidente des Etats-Unis face à Donald Trump. Alors que la réouverture de l'enquête sur ses emails avait plongé les marchés dans l'incertitude la semaine dernière, l'annonce de son blanchiment les a rassérénés. Dans ce contexte, les actifs risqués retrouvent la faveur des opérateurs qui profitent des faibles valorisations : actions et pétrole sont bien orientés après avoir chuté ces derniers jours. Le CAC 40 gagne 1,75% à 4 453,9 points et l'EuroStoxx 50 s'adjuge 1,64% à 3 003,13 points.

En Europe, HSBC (+4,72% à 622,90 pence) a pris la tête du FTSE 100 à la faveur de résultats trimestriels meilleurs que prévu et d’une nette amélioration de sa solvabilité. Entre juillet et septembre, la plus importante banque européenne a pourtant enregistré un bénéfice imposable en baisse de 86% à 843 millions de dollars. Elle a notamment été pénalisée par la valorisation de sa dette au prix de marché (1,4 milliard), la perte liée à la cession de son activité au Brésil (1,7 milliard) et les coûts de restructuration (1 milliard). Une fois ajusté, le bénéfice imposable a progressé de 7% à 5,59 milliards.

A Paris, pour sa reprise de cotation après 12 séances de suspension, l'action Solocal bondit de 8,86% à 3,44 euros. Les investisseurs rattrapent le temps perdu alors que la période de suspension a été mise à profit pour mettre sur les rails un nouveau plan de restructuration financière. La première proposition avait été rejetée le 19 octobre par les actionnaires, entrainant la suspension de l'action. Le nouveau projet de plan de refinancement va dans le sens d'une moindre dilution des actionnaires déjà présents au capital tout en préservant la structure globale de la restructuration.

Ce matin EDF ne gagne "que" 1,04% à 9,884 euros contre un SBF120 en hausse de 1,63%. Dans un marché porteur, les investisseurs auraient pu espérer un meilleur début de semaine pour un titre qui a chuté de 3,2% vendredi dernier. Mais le manque de visibilité sur les perspectives de l'électricien public n'incite guère aux rachats à bon compte. Citant l'entourage du groupe, les Echos révèlent qu'au final les arrêts forcés de réacteurs suite aux contrôles et aux falsifications de dossier à l'usine Areva du Creusot entraînent pour EDF un manque à gagner d'au moins 1 milliard d'euros.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Les ventes au détail ont baissé de 0,2% en septembre sur un mois dans la zone euro et ont augmenté de 1,1% sur un an. Le consensus Reuters était de -0,3% sur un mois et de +1,3% sur un an.

L'indice Sentix Economic pour la zone euro a progressé bien plus que prévu en novembre, à 13,1 points contre 8,5 le mois dernier. Le consensus Reuters était de 9.

Selon une première estimation de Destatis, les commandes à l'industrie allemande ont baissé de 0,6% en septembre par rapport à août (+0,9% révisé de +1%). Le consensus Reuters était de +0,3%.

A 12h10, l'euro cote 1,1067 dollar en repli de 0,67%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant