Analyse mi-séance AOF France/Europe - La grisaille s'installe

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens poursuivent leur repli à l'approche de la mi-séance. La prudence des investisseurs reste motivée par l'approche de l'élection présidentielle américaine. A plus court terme, ils seront attentifs aux chiffres officiels de l'emploi américain pour octobre. Ces statistiques sont en effet très étudiées par la Fed pour fixer le cap de sa politique monétaire. En Europe, les indices PMI européens finaux mitigés pour octobre ne prêtent pas non plus à l'optimisme. Vers 12h05, le CAC 40 cède 0,87% à 4 373,30 points tandis que l'Euro Stoxx 50 abandonne 0,8,% à 2 949,40 points.

A Zurich, Richemont bondit de 7,45% à 67,80 francs suisses malgré la publication de résultats semestriels (clos le 30 septembre) dégradés. Les investisseurs ont trois raisons de se réjouir. En premier lieu, les ventes du groupe de luxe sont en progression en Chine, un marché clef pour le secteur qui avait particulièrement souffert ces dernières des mesures anti-corruptions prises par Pékin. Par ailleurs, le groupe s'est engagé à résoudre la question de la surcapacité de production dans l'horlogerie, son talon d'Achille. Enfin, Richemont va transformer profondément sa gouvernance pour mieux rebondir.

A Paris, LafargeHolcim continue à dérouler sa stratégie - hausses de prix, désinvestissements, synergies - et en récolte les fruits trimestre après trimestre. Le titre du cimentier (+2,89% à 48,18 euros) figure aujourd'hui dans le peloton de tête du CAC 40 après avoir enregistré un bénéfice et une marge opérationnels supérieurs aux attentes au troisième trimestre. Sur cette période, LafargeHolcim a vu son Ebitda opérationnel retraité progresser de 2,4% à 1,68 milliard de francs suisses, soit 23,9% du chiffre d'affaires (+2,9 points). Le consensus le donnait entre 1,64 et 1,66 milliard.

L'Oreal gagne 2,66% à 165,90 euros grâce à une croissance organique solide. Au troisième trimestre, le chiffre d'affaires du groupe a progressé de 5,6% en données comparables et de 3,6% en données publiées à 6,153 milliards d'euros. Au 30 septembre 2016, les revenus du numéro un mondial de cosmétiques ont atteint 19,047 milliards d'euros en hausse de 4,7% en comparables et de 1,6% en publiées.

Les chiffres macroéconomiques du jour

L’indice final Markit des services en France s’établit à 51,4 après 53,3 en septembre, un plus bas de 3 mois. En première estimation, il était ressorti à 52,1. L’indice final Markit composite (industrie et service) s’établit à 51,6 (52,7 en septembre), un plus bas de 3 mois.

En Allemagne, l'indice Markit PMI final des services est ressorti en octobre à 54,2 après 50,9 en septembre. Il était de 54,1 en première estimation et ressort au plus haut depuis trois mois. L'indice composite (industrie et services) s'est établi à 55,1 après 52,8 en septembre. Il ressort également au plus haut depuis trois mois.

L'indice PMI Markit final composite (industrie et services) pour la zone euro est ressorti en octobre à 53,3 contre une estimation flash de 53,7 et 52,6 en septembre. L'indice final des services s'est établi, lui, 52,8 contre une estimation flash de 53,5 et 52,2 en septembre. L'accélération de la croissance économique dans la zone euro reflète notamment un net renforcement de l'expansion en Allemagne, l'activité enregistrant en effet, outre-Rhin, sa deuxième plus forte progression de l'année en cours.

Les prix à la production ont augmenté de 0,1% en zone euro en septembre. Les économistes tablaient sur une croissance nulle après le repli de 0,2% enregistré en août. Sur un an, les prix accusent une baisse de 1,5% après 2,1% en août. Le marché visait une baisse de 1,8%.

Aux Etats-Unis, les investisseurs découvriront à 13h30 les créations d'emplois et le taux de chômage d'octobre ainsi que les chiffres de la balance commerciale de septembre.

A midi, l'euro cède 0,11% à 1,1094 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant