Analyse mi-séance AOF France/Europe - L'élection de Donald Trump nourrit l'aversion au risque

le
0

(AOF) - Si les pertes des marchés européens restent conséquentes, elles sont néanmoins plus faibles qu’à l’ouverture. La victoire inattendue de Donald Trump à la présidentielle ouvre une période d’incertitude : quelle sera finalement la politique mise en œuvre par le prochain locataire de la Maison Blanche ? Si les baisses sont majoritaires, Alstom bénéficie de commandes record tandis que Sanofi progresse, le programme du candidat républicain étant considéré plus favorable pour ce secteur que celui de Clinton. Vers 12h25, le CAC 40 perd 1,48% à 4 410,71 pts et l’EuroStoxx 50, 1,85% à 2967,63 points.

A Londres, Burberry cède 2,7% à 1 441 pence à Londres contre un Footsie 100 à l'équilibre. Contrairement à ses concurrents, LVMH, Kering ou Hermès, le groupe de luxe britannique a publié des résultats simplement conformes aux attentes. Sur les six premiers mois de son exercice 2016/2017, la société célèbre pour ses imperméables a accusé une baisse de 4% de son bénéfice imposable ajusté à 146 millions de livres, une performance en ligne avec le consensus qui tablait sur 145,3 millions, selon Bloomberg. En excluant l'impact positif de la chute de la livre liée au Brexit, le repli est de 24%.

Dans un marché parisien mal orienté après la victoire de Donald Trump aux élections américaines, Alstom (5,10% à 24,945 euros) se distingue, signant la plus forte hausse du SBF 120. Le marché salue un premier semestre au plus haut depuis 2014, des commandes semestrielles record et des objectifs 2020 confirmés. L'équipementier est en effet passé au vert au premier semestre 2016-17 avec un résultat net part du groupe de 128 millions d'euros contre une perte de 57 millions en 2015. Son résultat d'exploitation ajusté a lui bondi de 20% à 200 millions, soit une marge d'exploitation de 5,6%.

En revanche, Euronext (-3,6% à 33,905 euros) figure parmi les plus fortes baisses de l'indice SBF 120 après avoir annoncé un net repli de ses résultats au troisième trimestre. Son activité a en effet été pénalisée par une baisse des volumes de transaction, des opérations d'introduction en Bourse et des fusions & acquisitions dans un contexte de baisse de la volatilité et d'accroissement de l'incertitude à la suite du vote en faveur du Brexit. Le chiffre d'affaires a ainsi reculé de 15,2% à 112,8 millions d'euros.

Les chiffres macroéconomiques du jour

La Banque de France anticipe une croissance de 0,4% au quatrième trimestre, selon une première estimation. Cette estimation repose sur une stabilisation du climat des affaires dans l’industrie en octobre, avec un indice à 99 en octobre, mais aussi des services. L’indice pour ce dernier secteur est ressorti à 97. En revanche, le climat des affaires dans le bâtiment s’est amélioré, avec un indice en hausse de 1 points à 99.

Les stocks des grossistes aux Etats-Unis pour septembre est attendu à 16h.

Ce matin, l'euro 0,73% à 1,1096 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant