Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Une ouverture dans le vert de dessine

le
0

(AOF) - Les marchés actions américains sont attendus en légère hausse dans le sillage de la clôture de Tokyo (+0,68%) et de la résistance des places européennes à l’attentat de Nice (-0,5% pour le CAC 40 vers 15h). Les investisseurs saluent l'annonce d'une croissance légèrement meilleure qu'attendu (+6,7% sur un an) au deuxième trimestre en Chine et le bond de 0,6% des ventes au détail aux Etats-Unis en juin, nouveau signe de la solidité de la croissance de la première économie du monde. Vers 15h, les futures sur S&P500 et Nasdaq 100 gagnent 0,15% à 2 160,75 points et 0,07% à 4 593,25 points.

Hier à Wall Street

Les marchés américains ont terminé en hausse, signant de nouveaux records historiques. En dépit de l'absence de soutien de la part de la Banque d'Angleterre, les investisseurs ont continué à prendre des positions acheteuses sur les actions, motivés par de nouvelles statistiques favorables aux Etats-Unis. Le secteur bancaire a également été l'un des principaux artisans de cette progression, emmené par JPMorgan dont les résultats du deuxième trimestre ont été salués. Le Dow Jones a gagné 0,73% à 18 506,41 points et le S&P 500 s'est adjugé 0,53% à 2 163,75 points.

Les chiffres macroéconomiques

Les prix à la consommation ont progressé de 0,2% en juin, contre un consensus de +0,3% après +0,2% en mai. Hors pétrole, les prix ont augmenté de 0,2%, conformément aux attentes. Ils avaient également progressé de 0,2% en mai.

L'indice Empire State, qui mesure l'activité manufacturière de la région de New York, s'est établi à 0,55 en juillet. Les économistes tablaient sur 5 après 6 en juin.

Les ventes au détail ont progressé de 0,6% en juin. Les économistes tablaient sur une hausse de 0,2% après +0,2% en mai, chiffre révisé de +0,5%. Hors automobile, les ventes ont grimpé de 0,7% contre un consensus de +0,4%. En mai, elles avaient progressé de 0,4%.

La production industrielle de mai est attendue à 15h15. Ces données seront suivies à 16 heures de la première estimation de la confiance du consommateur par l'Université du Michigan pour juillet et des stocks des entreprises en mai.

Les valeurs à suivre

CITIGROUP

Citigroup a dévoilé des résultats en repli au deuxième trimestre, mais supérieurs aux anticipations. Son bénéfice net a reculé de 17% à 3,998 milliards de dollars, soit 1,24 dollar par action. Le consensus Thomson Reuters était plus faible de 14 cents. Ses revenus ajustés ont, eux, reculé de 8% à 17,548 milliards de dollars, mais le marché attendait 17,47 milliards de dollars. Dans le détail, son activité de banque d'investissement a connu un repli de 6% de son produit net bancaire ajusté à 1,29 milliard de dollars.

HERBALIFE

Herbalife a accepté de restructurer ses opérations aux Etats-Unis et de payer 200 millions d'indemnités à la FTC américaine. Le régulateur du secteur du commerce a estimé que la société a déçu nombre de consommateurs en leur faisant miroiter un supplément de revenus en devenant distributeur de ses produits. La FTC a critiqué le système de rémunération mis en place par le groupe, que l'investisseur Ackman avait accusé d'alimenter une "pyramide de Ponzi". Les distributeurs du groupe étaient rémunérés en fonction du nombre de clients qu'ils recrutaient et non en fonction de leurs ventes.

TESLA MOTORS

Le président de la Commission sénatoriale américaine en charge de la sécurité routière a convoqué Tesla Motors fin juillet concernant l'accident qui a eu lieu avec le pilote automatique de la Model S. Le 30 juin dernier, la National Highway Traffic Safety Administration (NHTSA) avait ouvert une enquête sur la berline de luxe Model S de Tesla à la suite d'un accident mortel en mai aux Etats-Unis.

WELLS FARGO

Wells Fargo & Co a publié des résultats trimestriels globalement conformes aux attentes. Le chiffre d'affaires de la banque américaine s'est établi au deuxième trimestre à 22,162 milliards de dollars en hausse de 4%. Les analystes tablaient sur 22,17 milliards, selon Thomson Reuters. Le bénéfice net part du groupe a reculé, lui, de 3,5% à 5,17 milliards de dollars, soit 1,01 dollar par action en ligne avec le consensus. Le bénéfice a été pénalisé par l'augmentation des provisions sur créances, notamment dans l'énergie où la banque est exposée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant