Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Statistiques, pétrole... la morosité perdure avant le chômage

le
0

(AOF) - Les marchés américains sont attendus en légère baisse à l'ouverture après des statistiques mitigées - les inscriptions hebdomadaires ont enregistré un repli inattendu mais les créations d'emplois dans le privé ont été décevantes en mai - alors que la prudence perdure sur le marché pétrolier. L'incertitude domine concernant un accord à l'Opep sur une réduction de la surproduction. L'attentisme est donc encore de mise en attendant la principale statistique de la semaine, le chômage américain, demain. Les futures perdent 0,21% à 17 741 pts sur le Dow Jones et 0,18% à 4 513 pts sur le Nasdaq.

Hier à Wall Street

Les marchés actions ont terminé proches de l'équilibre, les investisseurs sont restés prudents face à la baisse des cours du pétrole, le baril de WTI a perdu 0,18% à 49,01 dollars. Par ailleurs, les indicateurs économiques du secteur manufacturier ressortis meilleurs que prévu pourraient conforter la Fed à relever ses taux d'intérêt dès ce mois-ci. Côté valeurs, l'américain Salesforces va racheter le fournisseur de logiciels e-commerce Demandware pour 2,8 milliards de dollars. A la côture, l'indice Nasdaq a gagné 0,08% à 4 952,25 pts tandis le Dow Jones a terminé à + 0,01% à 17 789,67 pts.

Les chiffres macroéconomiques

267 000 inscriptions au chômage ont été enregistrées aux Etats-Unis la semaine dernière, après +268 000 la semaine précédente. Les économistes interrogés par Reuters en attendaient 270 000.

173 000 emplois ont été créés dans le secteur privé américain en mai, selon l'enquête ADP, alors que les économistes interrogés par Reuters en attendaient 175 000. En avril, 166 000 emplois avaient été créés, révisé à la hausse de 156 000.

Les valeurs à suivre

ALIBABA

La cession par Softbank de 7,9 milliards de dollars d'actions Alibaba a donné lieu à un meccano capitalistique d'ampleur. Une partie de ces actions - 2 milliards de dollars - a été rachetée par le site de e-commerce lui-même au prix de 74 dollars par titre. De plus, Gamlight et Aranda Investments, filiales de GIC Private Limited et du fonds souverain singapourien Tomasek, ont racheté chacune pour 500 millions de dollars de titres Alibaba au même prix.

CIENA

Ciena a dévoilé une performance trimestrielle meilleure que prévu. Au deuxième trimestre, clos fin avri, l'équipementier de réseaux a enregistré un bénéfice net de 14 millions de dollars, soit 10 cents par action, contre un bénéfice de 20,7 millions de dollars ou 17 cents par action, un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 34 cents, soit 7 cents de mieux que le consensus Zacks Investment Research. Le chiffre d'affaires a augmenté de 3% à 640,7 millions de dollars alors que Wall Street visait 629,4 millions.

JOHNSON AND JOHNSON

Johnson & Johnson va racheter Vogue International, fabricant de la gamme de shampooings OGX et de produits capillaires, pour 3,3 milliards de dollars en numéraire. Soumise aux autorités de la concurrence, cette opération devrait être finalisée au cours du troisième trimestre. Une fois finalisée, l'acquisition n'impactera pas les perspectives de ventes ni de résultats 2016 du groupe pharmaceutique et de cosmétiques.

MEDIVATION

Medivation n'a pas trainé. La biotech américaine, qui refuse l'offre de 9,3 milliards de dollars de Sanofi, a fixé au 1er juin la date limite pour que ses actionnaires donnent leur consentement écrit au remplacement de son conseil d'administration. Quelques heures plus tôt, le groupe français avait formulé une demande écrite au secrétaire général de Medivation visant à ce que son conseil d'administration fixe la date d'enregistrement qui servira à déterminer les actionnaires habilités à donner leur consentement écrit pour révoquer et remplacer chaque membre du conseil d'administration.

ORACLE

Oracle est la cible d'une action en justice de la part d'une ancienne responsable de la direction financière qui aurait été licenciée après s'être plainte de certaines pratiques comptables utilisées pour l'activité cloud du groupe, selon Reuters. Une porte-parole du spécialiste des bases de données a contesté ces accusations auprès de l'agence de presse.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant