Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Repli attendu, Alphabet en vedette

le
0

(AOF) - Les marchés américains sont attendus en baisse, de nouveau pénalisés par les cours du pétrole. Après avoir déjà chuté lundi, le cours du baril de Brent perd 3,69% peu après 15 heures. La séance sera également animée par les nombreux résultats d’entreprises. A cette occasion, Alphabet, maison-mère de Google, pourrait devenir la plus importante capitalisation à la place d’Apple. Quelques minutes avant les premiers échanges, les futures sur le S&P 500 et le Nasdaq Composite perdent respectivement 1% à 1 912 points et 0,96% à 4 250,50 points.

Hier à Wall Street

Les marchés américains se sont redressés en seconde partie de séance pour finir proches de l'équilibre. Ils ont finalement bien résisté aux mauvaises nouvelles constituées par la nouvelle contraction du secteur manufacturier chinois en janvier et la chute des cours du pétrole. Le baril de WTI a ainsi clôturé en repli de 6%. Wall Street a bénéficié de la bonne orientation des valeurs technologiques, notamment Alphabet (société-mère de Google) qui publiait ses comptes après la clôture. L'indice Dow Jones a clôturé en repli de 0,10% à 16 449,18 points tandis que le Nasdaq Composite a gagné 0,14%

Les chiffres macroéconomiques

Aucune statistique n'est attendue.

Les valeurs à suivre

ALPHABET

Alphabet, société-mère de Google, pourrait supplanter Apple en tant que première capitalisation boursière des Etats-Unis grâce aux bons résultats dévoilés hier soir. La hausse de son titre pourrait lui permettre aujourd'hui de dépasser les 534 milliards de dollars du fabricant de l'iPhone. La célèbre firme Internet a généré au quatrième trimestre un bénéfice net de 4,92 milliards de dollars, soit 7,06 dollars par action, à comparer avec 4,68 milliards de dollars, soit 6,79 dollars par action, un an plus tôt.

ANADARKO PETROLEUM

Anadarko Petroleum a annoncé une nouvelle réduction de ses investissements de 50% à 2,8 milliards de dollars pour 2016 par rapport à leur niveau de 2015. Ces mesures s'ajoutent à celles déjà prises l'année dernière puisque, face à la baisse continue des cours du pétrole, le groupe avait baissé ses dépenses d'investissement de plus de 3 milliards de dollars (-40% par rapport à l'année précédente). L'objectif pour les groupes pétroliers est de limiter leurs coûts alors que leurs revenus s'amenuisent et que leurs résultats se dégradent.

DOW CHEMICAL

Dow Chemical a enregistré une forte hausse de son bénéfice net part du groupe à 3,6 milliards de dollars, soit 2,94 dollars par action, à comparer avec 819 millions de dollars, soit 63 cents par titre, un an plus tôt à la même époque. Le bénéfice par action opérationnel, sur lequel est basé le consensus, est ressorti à 93 cents, bien supérieur aux 70 cents par action attendus par les analystes de Zacks Investment Research. Les revenus du groupe chimiste ont baissé de leur côté à 11,4 milliards de dollars pour un consensus de 11,24 milliards.

EXXON MOBIL

Exxon Mobil a accusé une chute de 58% de son bénéfice net du quatrième trimestre à 2,78 milliards de dollars, pénalisé par la chute du pétrole. Par action, le bénéfice atteint 67 cents, au dessus des attentes du marché qui tablait sur 64 cents. Le chiffre d'affaires de la première compagnie pétrolière mondiale s'est établi à 59,91 milliards, en baisse de 31%. La production pétrolière et gazière a augmenté de 4,8% à 4,25 millions de barils par jour.

FCA

Six mois après le déclenchement du scandale Volkswagen sur les tests aux émissions polluantes aux Etats-Unis, Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a fait savoir qu'il avait vérifié toutes ses procédures à ce sujet et qu'il en avait déduit que ses moteurs diesel répondait à toutes les exigences réglementaires. Le constructeur a également assuré qu'il soutenait les responsables européens dans leur volonté de durcir les modalités de test des émissions polluantes et que lui-même mettrait en place une mise à jour de ses process Euro 6 à partir d'avril 2016.

LAZARD

Lazard a publié des résultats supérieurs aux attentes pour le quatrième trimestre 2015. La banque d'affaires a enregistré une baisse de 8% de son bénéfice net à 158 millions de dollars, soit 1,18 dollar par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est en baisse de 29% à 92 cents, mais il a néanmoins dépassé le Thomson Reuters s'élevant 87 cents par action. Le groupe a par ailleurs a enregistré un chiffre d'affaires trimestriel en baisse de 7% à 598,3 millions de dollars. Wall Street visait 574,9 millions.

MICHAEL KORS

Michael Kors a enregistré un bénéfice net de 294,6 millions de dollars, soit 1,59 dollar par action, au troisième trimestre. Le consensus Zacks Investment Research était de 1,46 dollar par titre. Les revenus du fabricant de sacs à main ont progressé de leur côté de 6,3% à 1,40 milliard de dollars, dépassant également les attentes de 1,35 milliard. Indicateur-clé du secteur, les ventes à magasins comparables ont baissé de 0,9% au troisième trimestre.

MATTEL

Mattel a enregistré une croissance de 44% de son bénéfice net au quatrième trimestre à 215,2 millions de dollars, soit 63 cents par action. Ajusté, le bénéfice par action du fabricant de jouets s'est élevé à 67 cents, surpassant largement le consensus Zacks Investment Research de 60 cents par titre. Les revenus du groupe sont restés stables à environ 2 milliards de dollars alors que les analystes attendaient une baisse à 1,92 milliard. Toutes les marques du groupe ont progressé, qu'il s'agisse de Fisher-Price (+13% à change constant), de Barbie (+8%) ou de Hot Wheels (+28%).

PFIZER

Pfizer a vu son bénéfice net chuter de 50% au quatrième trimestre 2015 à 613 millions de dollars, soit 10 cents par action. Ajusté des éléments exceptionnels, le bénéfice par action du laboratoire pharmaceutique a diminué de 2% à 53 cents, battant de 1 cent le consensus Zacks Investment Research. Les revenus de Pfizer ont progressé de leur côté de 7% à 14,04 milliards de dollars au quatrième trimestre alors que les marchés anticipaient 13,61 milliards. Pour 2016, Pfizer anticipe un bénéfice par action ajusté compris entre 2,20 et 2,30 dollars et un chiffre d'affaires de 49 à 51 milliards.

UPS

UPS a vu son bénéfice bondir de près de 200% au quatrième trimestre à 1,3 milliard de dollars, soit 1,48 dollar par action. Ajusté des éléments exceptionnels, le bénéfice par action du groupe de messagerie s'est élevé à 1,57 dollar alors que les analystes FactSet l'attendaient à 1,42 dollar. Les revenus du groupe sont tombés en revanche légèrement sous les attentes : à 16,05 milliards de dollars, ils étaient anticipés à 16,2 milliards. En termes de perspectives, le consensus FactSet d'un bénéfice par action de 5,72 dollars en 2016 se trouve dans le bas de la fourchette d'UPS de 5,70 à 5,90.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant