Analyse AOF pré-ouverture Wall Street - Les marchés attendus à l'équilibre après des résultats trimestriels et des statistiques mitigés

le
0

(AOF) - Les marchés actions américains devraient ouvrir proches de l'équilibre après des indicateurs économiques contrastés et le statut quo sans surprise de la BCE sur les taux. Par ailleurs, les investisseurs réagiront à des publications trimestrielles mitigées : si le constructeur automobile General Motors a battu le consensus, l'opérateur télécoms Verizon et le fabricant de jouets Mattel ont plié. A quelques minutes des premières transactions, les futures sur Nasdaq 100 perdent 0,05% à 4 533,5 points tandis que ceux sur S&P 500 gagnent 0,02% à 2 098,5 points.

Hier à Wall Street

Malgré une tentative d’accélérer le rythme à la mi-séance, les marchés américains se sont contentés d’une petite hausse hier. Peut-être prudents avant la réunion de la BCE ce jeudi, les investisseurs ont quand même profité de la progression d’environ 3% des cours du pétrole après l’annonce d’une hausse inférieure aux attentes des stocks américains. L’actualité a aussi été riche en résultats d’entreprises. Le secteur tech a été bien orienté avec VMWare et la restructuration d’Intel. Coca a été sanctionné. Le Dow Jones a gagné 0,24% à 18 096,27 pts et le S&P500 0,08% à 2 102,40 pts.

Les chiffres macroéconomiques

247 000 nouvelles inscriptions au chômage ont été enregistrées la semaine dernière aux Etats-Unis contre 253 000 la semaine précédente. Le consensus était de 263 000.

L'indice d'activité manufacturière de la Fed de Philadelphie (indice Philly Fed) s'est établi à -1,6 en avril alors que les économistes l'attendaient à 9,9 après 12,4 en mars.

A 16h, sera publié l'indice des indicateurs avancés du Conference Board pour mars.

Les valeurs à suivre

AMERICAN EXPRESS

American Express a publié mercredi soir après la clôture de Wall Street des résultats meilleurs que prévu au titre du premier trimestre. Le spécialiste des cartes de crédit a affiché un bénéfice net en repli de 6% à 1,426 milliard de dollars, ou 1,45 dollar par action, là où les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur 1,35 dollar. Hors dépenses d'intérêt, le chiffre d'affaires a pour sa part augmenté de 2% à 8,09 milliards de dollars, surpassant les attentes de Wall Street : 8 milliards de dollars.

BIOGEN

Biogen a publié un chiffre d'affaires inférieur aux attentes au premier trimestre mais un bénéfice par action meilleur que prévu. Son bénéfice net a progressé de 18% à 970,9 millions de dollars, ou 4,43 dollars par action. Hors éléments exceptionnels, le BPA s'est établi à 4,79 dollars alors que Wall Street tablait sur 4,44 dollars. Le chiffre d'affaires a progressé de 6,6% à 2,73 milliards contre un consensus de 2,74 milliards.

ESTEE LAUDER

La société de cosmétique Estee Lauder a annoncé deux nominations stratégiques : Damon Burrell a rejoint la société le 11 avril en tant que vice-président directeur de l'engagement des consommateurs. Il sera sous la direction de Georgia Garinois-Melenikiotou, vice-présidente directrice du marketing d'entreprise. Anna Klein a été nommée au poste de vice-présidente des affaires de l'entreprise, et endossera ses nouvelles fonctions à compter du 1er juillet 2016. Mme Klein sera encore sous la direction d'Alexandra C. Trower, vice-présidente directrice des communications mondiales.

GENERAL MOTORS

Le constructeur automobile General Motors a dévoilé des résultats meilleurs que prévu. Au premier trimestre, son bénéfice net a atteint 2 milliards de dollars, soit 1,24 dollar par action, contre 900 millions de dollars ou 56 cents par action, un an plus tôt. Retrait des éléments exceptionnels, il a même atteint 1,26 dollar, dépassant nettement le consensus FactSet de 99 cents. Le chiffre d'affaires a augmenté de près 5% à 37,3 milliards de dollars alors que Wall Street visait 34,8 milliards de dollars.

MATTEL

Mattel a accusé une perte trimestrielle plus marquée que prévu, pénalisé par la faiblesse des ventes de Barbie et d'autres licences. Au premier trimestre, le fabricant américain de jouets a enregistré une perte de 73 millions de dollars, ou 21 cents par action, contre une perte de 58,2 millions, ou 17 cents par action un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, la perte s'est établie à 13 cents par action alors que Wall Street tablait sur une perte de 7 cents. Le chiffre d'affaires a reculé de 6% à 869,4 millions. Hors changes, le repli se limite à 2%.

NEWMONT MINING

Newmont Mining a divisé par plus de trois son bénéfice net au premier trimestre à 52 millions de dollars (contre 183 millions un an plus tôt à la même époque), soit 10 cents par action. Ajusté des éléments exceptionnels, le bénéfice par action du producteur d'or américain s'est élevé à 34 cents par titre, contre un consensus de 21 cents. Le chiffre d'affaires trimestriel de Newmont Mining est ressorti de son côté à 2,03 milliards de dollars, en croissance de 3%.

QUALCOMM

Le spécialiste des puces pour smartphones Qualcomm a dévoilé hier soir une nouvelle fois des perspectives décevantes. Au troisième trimestre, clos fin juin, il anticipe un bénéfice par action, hors éléments exceptionnels, compris entre 90 cents et 1 dollar pour des ventes de 5,2 à 6 milliards de dollars. Le consensus Reuters est de 1,02 dollar. Le groupe est pénalisé par l’arrivée à maturité du marché des smartphones.

VERIZON

L'opérateur télécoms Verizon est attendu en repli après avoir présenté des ventes moins bonnes que prévu. Au premier trimestre, son bénéfice net a progressé de 2,2% à 4,31 milliards de dollars, soit 1,06 dollar par action. Il est conforme aux attentes. Ses revenus ont, eux, augmenté de 0,6% à 32,2 milliards de dollars, ressortant ainsi sous les attentes du marché : 32,45 milliards de dollars. Hors AOL racheté l'année dernière, ils auraient baissé de 1,5%. Dans le mobile, le groupe a recruté 640 000 abonnés à forfait.

YUM! BRANDS

Yum! Brands a fait état d'une hausse de 8% à 391 millions de dollars de son bénéfice net au premier trimestre, soit 93 cents par action. Ajusté des éléments exceptionnels, le bénéfice par action de la maison-mère de Pizza Hut et KFC s'est élevé à 95 cents. Il dépasse largement le consensus Zacks Investment Research de 83 cents. En revanche, les ventes du groupe se sont révélées un peu justes : à 2,62 milliards, elles étaient attendues à 2,66 milliards de dollars. Au premier trimestre, elles ont augmenté de 5%, et de 2% à restaurants comparables.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant