Analyse AOF clôture Wall Street - Wall Street résiste à la déception Apple grâce à la Fed?

le
0

(AOF) - Prudents pendant la plus grande partie de la séance, les investisseurs américains se sont enhardis après la décision de la Fed de maintenir, comme convenu, ses taux directeurs inchangés. Ils ont surtout apprécié le ton à la fois accommodant - les taux vont augmenter graduellement en fonction des prévisions économiques - et rassurant - il n’est plus fait mention des risques que fait peser le ralentissement des pays émergents notamment. Seule ombre au tableau : la déception Apple a fait reculer les valeurs techno. Le Dow Jones a gagné 0,28% à 18 041,55 pts et le S&P500 0,16% à 2 095,15 pts.

Apple (-6,26% à 97,82 dollars) a affiché la plus forte baisse du Dow Jones au lendemain de l’annonce de résultats décevants, marqués par la première baisse des ventes de l’iPhone depuis son lancement en 2007. Au deuxième trimestre, clos le 26 mars, le groupe technologique américain en a écoulé 51,19 millions d'exemplaires, soit 16% ou 10 millions d’unité de moins qu’il y a un an. L’arrêt de la croissance de ce produit représentant près des deux tiers de ses ventes était cependant anticipé depuis la présentation de son objectif de chiffre d’affaires fin janvier.

Les chiffres économiques du jour

Les promesses de ventes immobilières aux Etats-Unis ont progressé de 1,4% en mars, leur indice ressortant à 110,5 points, au plus haut depuis mai 2015. Le consensus était de +0,5%.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

APPLE

Apple a dévoilé mardi soir des résultats décevants, marqués par la première baisse des ventes de l'iPhone en rythme annuel depuis son lancement en 2007. Au deuxième trimestre, clos le 26 mars, son bénéfice net a reculé de 22,5% à 10,5 milliards de dollars, soit 1,90 dollar par action. Il est inférieur de 10 cents au consensus Thomson Reuters. Le chiffre d'affaires a, lui, reculé de 13% à 50,6 milliards de dollars, ressortant également en dessous des attentes : 51,9 milliards de dollars. Il s'agit cependant du premier recul de ses revenus en en rythme annuel depuis 2003.

AT&T

AT&T a fait état d'un bénéfice net de 3,8 milliards de dollars, soit 61 cents par action, au premier trimestre 2016 clos fin mars. Ajusté des éléments exceptionnels, le bénéfice par action s'est élevé à 72 cents. Les revenus de l'opérateur télécoms et opérateur de télévision payante ont augmenté de leur côté de 24% à 40,53 milliards de dollars. Cette hausse s'explique largement par l'intégration de DirectTV acquis l'an dernier a précisé AT&T. Le groupe a ainsi battu le consensus qui tablait sur un bénéfice par action ajusté de 69 cents et un chiffre d'affaires de 40,49 milliards.

BOEING

Le constructeur aéronautique Boeing a dévoilé des bénéfices plus faibles que prévu au premier trimestre. Son bénéfice net a atteint 1,219 milliard de dollars, soit 1,83 dollar par action, contre respectivement 1,34 milliard de dollars et 1,87 dollar par action, un an plus tôt. Ses comptes ont été pénalisés par une charge de 156 millions de dollars après-impôt, soit 24 cents par action, liée aux problèmes de son avion de ravitaillement en vol, le KC-46. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 1,74 dollar, soit 7 cents de moins que le consensus Zacks Investment.

CHIPOTLE

Aux prises avec un scandale sanitaire en fin d'année dernière, la chaine de tex-mex Chipotle Mexican Grill en a encore subi les séquelles en début d'exercice 2016. Ainsi, sur les trois premiers mois de l'année, le groupe a enregistré une perte nette de 26,4 millions de dollars, à comparer avec un bénéfice de 122,6 millions un an plus tôt, soit une perte par action de -88 cents. Les analystes étaient cependant plus pessimistes encore et visaient une perte par action de 1,06 dollar.

EBAY

eBay a fait état d'une performance trimestrielle meilleure que prévu. Le géant américain des enchères en ligne a enregistré un bénéfice net de 482 millions de dollars, représentant 42 cents par action, contre 626 millions de dollars, soit 51 cents par action, un an auparavant. Le bénéfice par action ajusté a atteint 47 cents, devançant de 2 cents les attentes du marché. Ses revenus ont progressé de 4% à 2,14 milliards de dollars, réfrénés par les changes. Hors impact des changes, ils ont augmenté de 6%. Wall Street anticipait 2,08 milliards de dollars.

GOODYEAR

Goodyear Tire & Rubber Co a réalisé au premier trimestre 2016 un bénéfice net de 184 millions de dollars, ou 68 cents par action, contre 224 millions, ou 82 cents par action, un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le BPA s'est établi à 72 cents contre un consensus de 70 cents. Le chiffre d'affaires du fabricant américain de pneumatiques a reculé de 8,3% à 3,69 milliards de dollars alors que le marché tablait sur 3,92 milliards.

HILTON WORLDWIDE

Hilton Worldwide a fait état pour son premier trimestre d'un bénéfice net en forte progression grâce à une hausse des tarifs et à des avantages fiscaux, à 309 millions de dollars (31 cents par action) contre 150 millions de dollars (15 cents) l'an dernier. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 17 cents alors que le consensus Zacks tablait sur 16 cents. Le chiffre d'affaires de l'hôtelier américain s'est élevé à 2,75 milliards sur le trimestre, le marché espérait 2,74 milliards.

MONDELEZ INTERNATIONAL

Mondelez International a publié des résultats trimestriels supérieurs aux attentes et confirmé ses objectifs annuels. Au premier trimestre 2016, le géant américain de l'alimentation a réalisé un bénéfice net de 554 millions de dollars, ou 35 cents par action, contre 324 millions, ou 19 cents par action un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le BPA est ressorti à 48 cents, au-dessus du consensus FactSet qui le donnait à 40 cents. Le chiffre d'affaires a reculé de 16,8% à 6,5 milliards mais le marché tablait sur 6,4 milliards.

TWITTER

Twitter a nettement reculé hier lors des transactions d'après-Bourse après avoir annoncé des ventes plus faibles que prévu au premier trimestre. Le chiffre d'affaires du site de microblogging a pourtant augmenté de 36% à 595 millions de dollars, mais les analystes étaient plus optimistes et ciblaient 607,8 millions de dollars selon le consensus Thomson Reuters. Sa perte nette est ressortie à 79,7 millions de dollars, soit 12 cents par action, contre une perte de 162,5 millions de dollars ou 25 cents par action, un an plus tôt.

UNITED TECHNOLOGIES

United Technologies a vu son bénéfice net reculer de 16% à 1,19 milliard de dollars, soit 1,42 dollar par action. Ajusté des éléments exceptionnels, le bénéfice par action s'est élevé à 1,47 dollar par titre pour un consensus FactSet de 1,39 dollar. Les ventes trimestrielles d'UTC ont stagné en données publiées à 13,4 milliards de dollars (+2% en organique) alors que les analystes anticipaient 13,2 milliards.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant