Analyse AOF clôture Wall Street - Les marchés ne parviennent pas à stopper la spirale baissière

le
0

(AOF) - La journée d'hier sur les marchés mondiaux a été placée sous le signe de la déprime générale. Et Wall Street n'a pas fait exception reculant, comme l'Asie et l'Europe, dans le sillage du pétrole sans qu'aucune actualité ne justifie ce nouvel accès de faiblesse. La tentative de limiter les pertes en fin de séance n'a été que partiellement couronnée de succès avec un Nasdaq proche de l'équilibre à la clôture. Les replis de Goldman Sachs et IBM après des résultats décevants ont aussi pesé sur la tendance. Le Dow Jones a perdu 1,56% à 15 766,74 points et le S&P 1,17% à 1 859,33 points.

IBM (-4,88% à 121,86 dollars) a enregistré l'une des plus fortes baisses de l’indice Dow Jones, lesté par des perspectives 2016 et des ventes de logiciels plus faibles que prévu. Le titan de l’informatique mondiale traverse une passe difficile depuis déjà plusieurs trimestres, bousculé par les nouveaux venus comme Amazon Web Services, qui surfent sur le boom de l’informatique dématérialisée (cloud computing). La performance d’IBM continue de plus d’être pénalisée par la vigueur du dollar.

Les chiffres économiques du jour

Aux Etats-Unis, 1,149 million de mises en chantier ont été enregistrées au mois de décembre. Les économistes tablaient sur 1,197 million après 1,179 million en novembre (chiffre révisé de 1,173 million). 1,232 million de permis de construire ont été comptabilisés au mois de décembre contre un consensus de 1,2 million. Le chiffre de novembre a été révisé à 1,282 million contre 1,289 million précédemment annoncé.

Les prix à la consommation ont reculé de 0,1% en décembre. Les économistes tablaient sur une croissance nulle. Sur un an, l'inflation a grimpé de 0,7% alors que le marché visait une hausse de 0,8%.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

AMD

Le fabricant de microprocesseurs AMD a dévoilé des perspectives décevantes. Au premier trimestre, le groupe cible en moyenne un recul de 14% de ses ventes par rapport au trimestre précédent là où les analystes interrogés par Reuters anticipaient un repli limité à environ 6%. La performance du concurrent d'Intel au quatrième trimestre est en revanche ressortie en ligne avec les attentes. AMD a essuyé une perte nette de 102 millions de dollars, représentant 13 cents par action, à comparer avec une perte de 364 millions de dollars, soit -47 cents par action, un an plus tôt à la même époque.

GOLDMAN SACHS

Goldman Sachs a vu son bénéfice net chuter de 72% au quatrième trimestre clos fin décembre à 574 millions de dollars, soit 1,27 dollar par action. Il ressort ainsi bien inférieur au consensus FactSet de 3,54 dollars par titre. Cette baisse s'explique notamment par l'ampleur des provisions passées par Goldman Sachs pour résoudre des litiges liés à la crise financière et annoncées récemment. Les revenus de la banque ont également baissé, de 6% au quatrième trimestre, à 7,27 milliards, battant cette fois le consensus de 7,09 milliards de dollars.

IBM

Et de quinze trimestres consécutifs de baisse des ventes pour IBM ! Pénalisé par la vigueur du dollar, le groupe informatique a dévoilé hier soir un repli de 8,5% de son chiffre d'affaires à 22,06 milliards de dollars sur les 3 derniers mois de 2015. Il est cependant globalement conforme au consensus Reuters de 22,02 milliards de dollars. Hors effets de change, le recul de l'activité aurait été limité à 2%. Son bénéfice net a, lui, chuté de 18,6% à 4,46 milliards de dollars, soit 4,59 dollars par action.

NETFLIX

Netflix a fait état d'une baisse de 48% de son bénéfice net au quatrième trimestre à 43,17 millions de dollars, soit 10 cents par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est tombé à 7 cents, soit cinq cents au-dessus du consensus. Les revenus du site de streaming ont augmenté de leur côté de 22,8% à 1,823 milliard de dollars, plutôt en ligne avec le consensus Thomson Reuters I/B/E/S de 1,83 milliard. Netflix a également annoncé avoir gagné 1,56 million de clients au quatrième trimestre par rapport au troisième trimestre à 44,74 millions.

STAPLES/OFFICE DEPOT

Alors qu'ils sont actuellement en discussions avec le régulateur américain du commerce (FTC) pour lever ses réticences face à leur projet de fusion, Staples et Office Dépôt ont décidé d'étendre le délai fixé pour la réalisation de ce rapprochement. Ainsi, ils ont annoncé que l'accord de fusion courait désormais jusqu'au 16 mai 2016 alors qu'il devait s'arrêter initialement le 4 février. Staples a mis 6,3 milliards de dollars sur la table pour acquérir son concurrent.

SYMANTEC

Symantec a baissé le prix de vente de son activité Veritas, en cours de cession à Carlyle, à 7 milliards de dollars. Dans le détail, Symantec recevra 6,6 milliards de dollars en numéraire et 400 millions de dollars en actions Veritas. Le prix initial de la transaction était de 8 milliards intégralement en cash. Après impôts, Symantec devrait conserver 5,3 milliards de dollars dans ses caisses contre 6,3 milliards attendus dans la première version de l'accord. Symantec et Carlyle espèrent toujours finaliser la transaction d'ici au 29 janvier.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant