Analyse AOF clôture Wall Street - L'emploi et les technos font chuter les marchés

le
0

(AOF) - Les marchés américains ont fini en net repli, sur fond de chiffres de l'emploi mitigés et de perspectives décevantes dans le secteur technologique. Si les créations de postes ont déçu, la baisse inattendue du taux de chômage et l'accélération de l'inflation ne permettent pas d'écarter une hausse des taux de la Fed en mars. Du côté des valeurs, LinkedIn s'est effondré en raison de ses perspectives décevantes, entraînant avec lui le secteur technologique. L'indice Dow Jones a clôturé en repli de 1,29% à 16 204,83 points et le Nasdaq Composite a perdu 3,25% à 4 363,14 points.

Gros gadin pour LinkedIn à Wall Street où les perspectives du réseau social professionnel n’ont pas été du tout du goût des investisseurs. L’action a décroché de 43,51% à 108,46 dollars. L’ampleur de cette baisse s’explique par plusieurs dégradations de recommandations, dont celle de JPMorgan, passé de Surpondérer à Neutre. Le bureau d’études a fortement réduit son objectif de cours de 300 à 186 dollars.

Les chiffres économiques du jour

Aux Etats-Unis, en décembre, le déficit commercial s'est élevé à -43,36 milliards de dollars après -42,23 milliards en novembre (révisé de -42,37 milliards). Le consensus était de -43,5 milliards.

En janvier, l'économie américaine a créé 151 000 emplois alors que les économistes en attendaient +190 000. Les créations d'emplois du mois précédent ont été revues à la baisse : +262 000 contre 292 000 en décembre. Le taux de chômage a tout de même baissé à 4,9%.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

ESTEE LAUDER

Au deuxième trimestre de l'exercice 2016 (clos au 31 décembre 2015), Estée Lauder a publié des résultats supérieurs aux attentes. Le bénéfice net du groupe s'est élevé à 446,2 millions de dollars soit 1,19 dollar par action. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice net par action est ressorti à 1,22 dollar alors que les analystes attendaient 1,11 dollar par action. Les ventes du spécialiste américain des cosmétiques ont augmenté de 3% à 3,12 milliards de dollars. Le consensus Thomson Reuters prévoyait 3,08 milliards de dollars.

FORD

En janvier, les ventes de Ford en Chine ont bondi de 36% à 130 832 voitures écoulées. Les modèles Ford Escort, Ford Mondeo et la ligne de SUV du constructeur américain ont soutenu cette performance. Sous la bannière de sa joint-venture Changan Ford Automobile, le constructeur américain a enregistré une croissance de 58% de ses ventes à 111 856 véhicules. En revanche, les ventes de véhicules commerciaux de Ford ont baissé de 24% en Chine à 17 255 voitures.

JCPENNEY

JCPenney travaille à son désendettement en menant une opération immobilière avec son siège de Plano, Texas. Le distributeur cherche à vendre une partie du site et à louer l'autre pour y maintenir ses bureaux. Le groupe s'attend à ce que le loyer qui lui sera demandé soit compensé par la baisse des coûts de maintenance et autres impôts sur la propriété.

LINKEDIN

LinkedIn est attendu en baisse de 30% en raison de ses perspectives décevantes. Le réseau social professionnel vise au premier trimestre un bénéfice par action, hors éléments exceptionnels, de 55 cents et des ventes de 820 millions de dollars. Ces prévisions ressortent bien inférieures au consensus Reuters de respectivement 74 cents et 866,9 millions de dollars.

NEWS CORP

News Corp a divisé son bénéfice net par plus de 2 au deuxième trimestre à 62 millions de dollars, soit 11 cents par action. Ajusté des éléments exceptionnels, le bénéfice par action s'est élevé à 20 cents, là où les analystes Zacks Investment Research attendaient 21 cents. Les revenus du groupe de médias ont baissé de leur côté de 4,3% à 2,16 milliards de dollars. Le consensus était de 2,13 milliards. La division Information, qui héberge notamment le Wall Street Journal, a vu ses revenus baisser de 8% à 1,4 milliard de dollars au deuxième trimestre.

SYMANTEC

Symantec, spécialiste de la sécurité informatique, a annoncé un investissement de 500 millions de dollars du fonds Silver Lake Partners dans son capital. Il a également annoncé qu’il distribuerait 5,5 milliards de dollars à ses actionnaires d’ici fin mars 2017, dont un dividende exceptionnel de 4 dollars par action représentant un montant de 2,7 milliards d’euros. Au troisième trimestre, clos début janvier, le bénéfice net a reculé de 23% à 170 millions de dollars, soit 25 cents par action.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant