Analyse AOF clôture Wall Street - Biais négatif après la Fed

le
0

(AOF) - Les marchés américains ont fini en léger repli (-0,12% pour le S&P500, l'indice le plus représentatif) une séance marquée par la décision de la Fed de ne pas modifier sa politique monétaire. Un statu quo attendu qui a été accompagné de commentaires positifs sur l'économie, ouvrant ainsi la porte à une hausse des taux cette année. Le début de la journée avait été dominé par les résultats d'entreprise, ceux Apple et de Boeing étant appréciés. L'indice Dow Jones a clôturé sur une baisse symbolique de 0,01% à 18 472,17 points tandis que le Nasdaq Composite a gagné 0,58% 5–9,81 points.

Apple s’est emparé sans coup férir de la première place de l’indice Dow Jones. Les ventes de sa principale machine à profit, l’iPhone, ont connu leur deuxième trimestre de repli – elles avaient reculé pour la première depuis son lancement en 2007 au trimestre précédent – mais les analystes étaient encore plus pessimistes. Or, ce sont les anticipations qui comptent sur les marchés financiers. Au troisième trimestre, clos le 25 juin, la firme à la pomme a ainsi écoulé 40,4 millions d'exemplaires de son produit phare, en repli de 15% sur un an.

Les chiffres économiques du jour

Aux Etats-Unis, les promesses de ventes immobilières en juin ont progressé de 0,2% après avoir reculé de 3,7% en mai. Les économistes tablaient sur une hausse de 1,1%.

En juin, les commandes de biens durables aux Etats-Unis ont baissé de 0,5% après -0,4% (révisé de -0,3%) en mai. Le marché tablait sur une hausse de 0,2%.

Les valeurs à suivre aujourd'hui

APPLE

Apple a dévoilé hier soir des comptes moins dégradés que prévu grâce aux ventes d'iPhone. Au troisième trimestre, clos le 25 juin, son bénéfice net a reculé de 27% à 7,8 milliards de dollars, soit 1,42 dollar par action. Il dépasse cependant de 4 cents le consensus Thomson Reuters. Le chiffre d'affaires a, lui, reculé de 14,6% à 42,36 milliards de dollars, ressortant également au dessus des attentes : 42,09 milliards de dollars.

BOEING

Boeing a enregistré une perte de 234 millions de dollars au deuxième trimestre, après avoir rapporté un bénéfice de 1,1 milliard de dollars un an plus tôt. L'avionneur américain a fait état d'une perte de 44 cents hors éléments exceptionnels, après un bénéfice de 1,62 dollar par action en 2015. Le consensus Zacks attendait de son côté une perte de 88 cents par action. Sur le trimestre, les revenus de Boeing ont atteint 24,76 milliards contre un consensus de 24,45 milliards.

COCA-COLA

Le numéro un mondial des boissons gazeuses, Coca-Cola, devrait débuter la séance en repli, les investisseurs étant déçus par ses ventes. Au deuxième trimestre, ses revenus ont reculé de 5% à 11,54 milliards de dollars alors que ses ventes en volume sont restées stables. Le consensus Thomson Reuters s'élevait à 11,6 milliards de dollars. La croissance organique est cependant ressortie à 3%. Le bénéfice net a, lui, progressé de 11% à 3,45 milliards de dollars. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à 60 cents, supérieur de 2 cents au consensus Thomson Reuters.

FCA

Fiat Chrysler Automobiles a enregistré au second trimestre un bénéfice net en hausse de 25% à 321 millions d'euros. Hors éléments exceptionnels, le résultat opérationnel ajusté a augmenté de 16% a 1,63 milliard, en ligne avec le consensus Reuters de 1,64 milliard. Le chiffre d'affaires a reculé de son côté de 2% à 27,89 milliards, inférieur au consensus de 29,3 milliards.

HILTON WORLDWIDE

Hilton Worldwide a enregistré au second trimestre un bénéfice net de 239 millions de dollars soit 24 cents par action, contre une bénéfice de 161 millions (16 cents par action) l'an dernier. Hors éléments exceptionnels, l'hôtelier américain a réalisé un bénéfice de 25 cents par action alors que le consensus Zacks attendait 26 cents par action. Les revenus de Hilton ont de leur côté grimpé de 4,4% à 3,05 milliards de dollars contre un consensus Reuters de 3,06 milliards. Le RevPar (revenu par chambre), indicateur de bonne santé pour le secteur hôtelier, a augmenté de 2,9% sur le trimestre.

TWITTER

Twitter est attendu en forte baisse en raison de ventes et perspectives d’activité décevante. Au deuxième trimestre, le site de microblogging a enregistré une perte nette de 107 millions de dollars, soit 15 cents par action, contre une perte de–6,7 millions de dollars ou 21 cents par action, un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action est ressorti à– cents, dépassant de 3 cents les attentes du marché.

WORLDLINE

Worldline (+7,92% à 29,10 euros) figure en bonne place parmi les plus fortes hausses de l’indice SBF 120 à la faveur du relèvement de son objectif de croissance et de résultats semestriels solides. Le spécialiste des paiements et des traitements de transactions anticipe désormais cette année une croissance organique à périmètre et taux de change constants de plus de 3% contre « environ 3% » auparavant. Sur les six premiers mois de l’année, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 614,8 millions d’euros, en croissance organique de 6%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant