Analyse AOF clôture France/Europe - Total en soutien

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont mis un terme à une série de quatre séances consécutives de baisse à l’issue d’une journée sans relief. Les investisseurs ne sont guère précipités sur les actions aujourd’hui. Environ 2,3 milliards d’euros ont été échangés sur le CAC 40 contre une moyenne annuelle de 3,8 milliards. En Europe comme aux Etats-Unis, les investisseurs attendent en effet avec intérêt le communiqué de politique monétaire de la Fed à 20h. Soutenu par Total, le CAC 40 a clôturé en hausse de 0,58% à 4 559,40 points. L’Euro Stoxx 50 a gagné 0,20% à 3 127,66 points.

La saison des résultats du premier trimestre des banques européennes se présente comme celle de leurs concurrentes américaines : des comptes dégradés mais pas autant que les investisseurs le craignaient. Après Standard Chartered hier, Banco Santander (+1,48% à 4,593 euros) et Barclays (+0,46% à 174,46 pence) ont  aujourd'hui bénéficié de leur publication. Au premier trimestre, cette dernière a vu son bénéfice imposable, qui fait référence pour les sociétés britanniques, chuter de 25% à 793 millions de livres.

"Résilience", le concept employé par le PDG de Total Patrick Pouyanné pour qualifier le premier trimestre de son groupe, a convaincu les investisseurs (+2,81% à 44,965 euros). Fort de son modèle intégré qui associe l'Amont (l'exploration-production), l'Aval (raffinage et chimie) et le Marketing & Services, la compagnie pétrolière a dégagé un bénéfice net en repli de 37% à 1,636 milliard de dollars, nettement supérieur aux attentes. Les réductions de coûts, la hausse de la production et la résistance des bénéfices dans le raffinage ont permis au groupe d'atténuer l'impact de la chute du pétrole.

STMicroelectronics (+9,59% à 5,704 euros) a affiché la plus forte hausse de l'indice SBF 120, le redressement de l'activité étant en vue après plusieurs trimestres difficiles. Le fabricant de semi-conducteurs anticipe en moyenne une progression de 5,5% de ses ventes au deuxième trimestre par rapport au premier, contre un consensus de +4% et +3,5% ces deux dernières années. La rentabilité devrait suivre la même tendance. La marge brute est attendue à 34% contre 33,4% sur les trois premiers mois de l'année.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En avril 2016, la confiance des ménages français est stable : l'indicateur qui la synthétise se maintient à 94, et reste donc en dessous de sa moyenne calculée sur la période 1987-2015 (100), révèle l'Insee. L'opinion des ménages sur le niveau de vie futur en France fléchit pour le quatrième mois consécutif : le solde correspondant perd 1 point, et atteint ainsi son plus bas niveau depuis janvier 2015. Le solde sur le niveau de vie passé est stable. Ces deux soldes demeurent nettement en dessous de leur moyenne de long terme.

L'indice GfK, qui mesure le moral du consommateur en Allemagne pour le mois de mai, est ressorti à 9,7 contre 9,4 en avril. Les économistes interrogés par Reuters tablaient en moyenne un indice stable à 9,4 points. L'indice est au plus haut depuis septembre 2015.

Les promesses de ventes immobilières aux Etats-Unis ont progressé de 1,4% en mars, leur indice ressortant à 110,5 points, au plus haut depuis mai 2015. Le consensus était de +0,5%.

Le communiqué du Comité de politique monétaire de la Fed tombera à 20h.

Vers 17h45, l'euro progresse de 0,11% à 1,1310 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant