Analyse AOF clôture France/Europe - Séance dans le rouge, l'euro grimpe encore

le
0

(AOF) - Malgré la bonne orientation du secteur minier - Antofagasta et BHP Billiton ont publié des résultats supérieurs aux attentes, ArcelorMittal a vu sa perspective de crédit relevée par Moody's - et du cours du pétrole, les marchés européens ne sont pas parvenus à enchainer une troisième hausse de suite. L'appréciation de l'euro et un indice de confiance des investisseurs allemands décevants ont pesé sur la tendance, s'ajoutant à des prises de bénéfices alors que les indices restent proches de leurs plus hauts de l'année. Le CAC40 a perdu 0,83% à 4 460,44 pts et l'EuroStoxx50 0,73% à 3 024,74 pts.

Les mines ont fait bonne figure au sein de marchés européens en légère baisse. Antofagasta (+8,95 à 560 pence) a pris la tête de l'indice FTSE 100, devançant BHP Billiton (+0,77% à 1050,50 pence) grâce à des comptes moins dégradés que prévu. BHP Billiton a bien dévoilé une perte record de 6,4 milliards de dollars sur son exercice 2016 clos fin juin, à comparer avec un bénéfice de 1,9 milliard un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, notamment des dépréciations de ses actifs dans le schiste américain, son bénéfice a chuté de 81% à 1,2 milliard de dollars.

En matière d'acquisitions, Essilor a décidément du mal à convaincre les marchés. Le titre du spécialiste de l'optique sousperforme légèrement le CAC 40 - il a perdu 1,21% à 114,35 euros dans un indice reculant de 0,83% - après avoir annoncé l'achat de MyOptique Group, l’un des leaders européens de la vente en ligne de produits optiques. Le montant de l’opération n'a pas été communiqué mais il concerne une société générant un chiffre d'affaires annuel de 57 millions de livres sterling.

ArcelorMittal (+3,20% à 5,799 euros) a fini parmi les rares hausses du CAC 40, soutenu par deux facteurs. D'abord, Moody's a relevé de Négative à Stable sa perspective sur la note de crédit, maintenu à Ba2, du groupe sidérurgiste. L'agence de notation estime que le groupe va tirer profit des mesures décidées ces derniers mois pour préserver sa note de crédit dans un environnement défavorable, marqué par la baisse des cours des matières premières.

Les chiffres macroéconomiques du jour

L'excédent commercial de la zone euro s'est élevé à 29,2 milliards d'euros en juin après 24,6 milliards en mai, selon Eurostat. Le consensus Reuters était de 25,8 milliards. Dans le détail, les exportations de biens de la zone euro vers le reste du monde se sont établies à 178,8 milliards d’euros, en baisse de 2% par rapport à juin 2015. Les importations depuis le reste du monde ont quant à elles été de 149,5 milliards d’euros, en recul de 5% par rapport à juin 2015.

L'indice Zew du sentiment des investisseurs allemands pour août est ressorti à 0,5 point, après avoir chuté à -6,8 en juillet. Le consensus Reuters était cependant plus élevé à 1,8.

Le nombre de défaillances d'entreprises cumulées sur un an à fin mai a reculé de 0,8%, à 62 013, selon les données de la Banque de France. Les secteurs dans lesquels les défaillances cumulées sur 12 mois diminuent le plus nettement sont la construction, l'industrie, le soutien aux entreprises, et le commerce-réparation automobile. En revanche, elles s'accroissent dans l'hébergement-restauration, les transports, l'information-communication et l'agriculture.

Aux Etats-Unis, la production industrielle a augmenté de 0,7% en juillet, une hausse plus importante que prévu, le consensus Reuters s’élevant à +0,3%. Le taux d’utilisation des capacités de production est passé de 75,4% à 75,9%, dépassant là encore les attentes : 75,6%.

1,211 million de mises en chantier ont été enregistrées en rythme annuel en juillet, un chiffre supérieur au consensus Reuters de 1,18 million. Le chiffre de juin a été révisé de 1,189 million à 1,186 million. En juillet, 1,152 million de permis de construire ont été délivrés en rythme annuel en juillet, un chiffre inférieur au consensus Reuters de 1,16 million. Le chiffre de juin a été confirmé à 1,153 million.

Les prix à la consommation étaient stables en juillet, conformément aux attentes. Hors les éléments volatils que sont l’énergie et l’alimentation, ils ont progressé de 0,1% alors qu’ils étaient attendus en hausse de 0,2%.

A la clôture, l'euro cote 1,1268 dollar en hausse de 0,74%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant