Analyse AOF clôture France/Europe - SANOFI et SAINT-GOBAIN sauvent le CAC 40 de la baisse

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont fini proches de l’équilibre pour la quatrième séance consécutive en raison de résultats d’entreprises mitigés aux Etats-Unis. La Bourse française s'est relativement mieux comportée aujourd'hui que les autres grâce aux bonnes publications de Saint-Gobain et de Sanofi. En revanche, l’avertissement de Gemalto a été lourdement sanctionné. L’indice CAC 40 a clôturé en hausse de 0,33% à 4 548,38 points, ce qui lui permet d’afficher une progression de 0,28% sur la semaine. De son côté, l’EuroStoxx50 s’est effrité aujourd’hui de 0,19% à 3 079,20 points.

Plus forte baisse de l'indice Euronext BEL 20, Anheuser-Busch InBev (AB InBev) a cédé 4,33% à 107,25 euros, le marché a sanctionné l'avertissement sur la croissance du chiffre d'affaires 2016 après un quatrième trimestre consécutif de baisse des ventes au Brésil. Le brasseur belge anticipe désormais une croissance interne du chiffre d'affaires par hectolitre en ligne avec l'inflation alors qu'il s'attendait auparavant à ce qu'elle lui soit supérieure.

Après une période difficile, marquée notamment par la chute des ventes de son antidiabétique vedette Lantus aux Etats-Unis et l'échec de son projet de rapprochement avec la biotech Medivation, Sanofi a, enfin, favorablement surpris le marché. Pour preuve, le titre du groupe pharmaceutique français a gagné 3,73% à 71,43 euros pour occuper la première place du CAC 40. Ce matin, Sanofi a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs au consensus et relevé ses objectifs 2016.

BNP Paribas a confirmé son statut de bon élève du secteur en présentant une performance meilleure que prévu. Celle-ci a permis à l'action de la banque française de gagner 0,88% à 53,97 euros, portant ses gains sur le mois écoulé à 18%. Elle a bénéficié en particulier des performances rassurantes des banques américaines, dévoilées il y a quinze jours. Entre juillet et septembre, l'établissement a réalisé un résultat net part du groupe de 1,886 milliard d'euros, en hausse de 3,3% et un produit net bancaire en augmentation de 2,4% à 10,589 milliards d'euros. Le consensus Reuters s'élevait à 1,723 milliards d'euros pour le bénéfice net.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Au troisième trimestre 2016, le PIB a rebondi de 0,2 %, après -0,1 % au deuxième trimestre, a annoncé l'Insee. Le consensus était de +0,3%.

Sur un an, les prix à la consommation augmentent de 0,4 % en octobre 2016, comme le mois précédent, selon l'estimation provisoire réalisée en fin de mois par l’Insee. L’indice des prix IPCH, qui permet la comparaison avec les autres pays européens, progresse de 0,5% en rythme annuel. Cette hausse est inférieure au consensus Reuters de +0,6%.

Les dépenses de consommation des ménages en biens ont baissé de 0,2% en septembre en volume après avoir progressé de 0,8% en août, a annoncé l’Insee. Les économistes anticipaient pour leur part une progression de 0,4%. Cette baisse inattendue s’explique en particulier par le recul de la consommation en énergie.

L’indice du climat des affaires a progressé de 0,11 point à 0,55 points en octobre, dépassant nettement le consensus de 0,44. L’indice du sentiment économique a, lui, augmenté de 1,4 point à 106,3 points en octobre. Il est également supérieur au consensus 104,8.

Aux Etats-Unis, la première estimation de la croissance du troisième trimestre est ressortie à 2,9% après +1,4% le trimestre précédent. Les économistes tablaient sur 2,5%.

Aux Etats-Unis, l'indice définitif de la confiance du consommateur de l'Université du Michigan est ressorti à 87,2 pour octobre, après 87,9 le mois précédent. Les économistes tablaient sur 88,2.

A la clôture, l'euro gagne 0,32% à 1,933 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant