Analyse AOF clôture France/Europe - Pétrole et Banques ont pesé en ce début de semaine

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens ont fini dans le rouge, fragilisés par des indicateurs économiques globalement décevants tant en Europe qu'aux Etats-Unis et un pétrole qui a continué son repli entamé la semaine dernière (le baril de Brent cédant plus de 2% à 42,65 dollars vers 17h15). Côté valeurs, le secteur bancaire qui a été soumis aux stress tests chute dans le sillage de la banque Société Générale qui a été la moins bien classée en termes de solvabilité en France. A la clôture, le CAC 40 a cédé 0,69% à 4 409.17 pts et l'Eurostoxx 50 a perdu 0,61% à 2 972.41 pts.

En Europe, Banca Monte dei Paschi di Siena (Banca MPS), qui a obtenu sans surprise vendredi l’un des plus mauvais résultats des stress tests bancaires, a dévoilé avant leur publication un plan de sauvetage. Ce dernier a été bien accueilli, Banca MPS gagnant 3,83% à 0,32 euro. Il prévoit la cession de son portefeuille de créances douteuses d’un montant brut de 27,7 milliards d’euros à un véhicule de titrisation à un prix de 9,2 milliards, soit à 33% de leur valeur.

A Paris, Legrand a bondi de près de 5% à 51,77 euros, après des résultats semestriels solides. Le spécialiste des infrastructures électriques et numériques du bâtiment a réalisé au premier semestre, un résultat net part du groupe stable à 283,5 millions d'euros. Le résultat opérationnel ajusté a, lui, progressé de 3,1% à 492,7 millions d'euros. Avant acquisitions (à périmètre 2015), la marge opérationnelle ajustée s'est établie à 20,3% du chiffre d'affaires, en amélioration de 50 points de base.

Les investisseurs ont réagi très positivement aux résultats semestriels d'Amundi, qui a gagné plus de 7% à 42 euros, affichant la plus forte hausse du SBF 120. Le gestionnaire d'actifs a réalisé au premier semestre un résultat net part du groupe de 278 millions d'euros, en hausse de 1,4%. Le résultat brut d'exploitation s'est effrité de 0,1% à 403 millions d'euros. Dans le même temps, les revenus ont reculé de 1,3% à 838 millions d'euros, dont 813 millions d'euros de revenus net de gestion, stable sur un an.

Les chiffres macroéconomiques du jour

En France, l'indice définitif des directeurs d'achat (PMI) Manufacturier est ressorti à 48,6 en juillet après 48,3 en juin. Les économistes tablaient sur 48,6.

En zone euro, l'indice définitif des directeurs d'achat (PMI) Manufacturier est ressorti à 52 (l'estimation Flash était de 51,9) en juillet après 52,8 en juin. Les économistes tablaient sur 51,9.

En Allemagne, l'indice définitif des directeurs d'achat (PMI) Manufacturier est ressorti à 53,8 en juillet après 54,5 en juin. Les économistes tablaient sur 53,7.

Aux Etats-Unis, la croissance a décéléré dans le secteur manufacturier en juillet, selon l’Institute of Supply Management. L’indice des directeurs d’achat est ressorti à 52,6 contre 53,2 en juin et un consensus Reuters de 53.

Les dépenses de construction aux Etats-Unis ont reculé de 0,6% en juillet alors qu’elles étaient anticipées en progression de 0,5%, selon le consensus Reuters. Le chiffre de mai a cependant été nettement revu à la hausse de -0,8% à -0,1%.

Aux Etats-Unis, la croissance s’est accélérée dans le secteur manufacturier en juillet, selon le bureau d’études Markit. L’indice des directeurs d’achat est ressorti à 52,9 contre 51,3 en juin.

A la clôture, l'euro est stable contre le dollar à 1,1176.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant