Analyse AOF clôture France/Europe - Les marchés sonnés par le Brexit

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont chuté après la victoire du Brexit, à hauteur de 51,9% des suffrages exprimés, lors du référendum au Royaume-Unis. Face au risque de récession et à l'orée d'une longue période d'incertitude politique, une vague de défiance a donc déferlé sur les actifs risqués. Le CAC 40 a perdu jusqu'à 10% en début de séance, retrouvant son niveau de février à environ 4 000 points, avant de se reprendre légèrement. A la clôture, il a tout de même perdu 8,04% à 4 106,73 pts, perdant 2,08% en cinq jours. L'EuroStoxx 50 a cédé 8,62% à 2 776,09 points aujourd'hui et 2,54% en cinq jours.

En Europe, le secteur financier s'est retrouvé dans la tourmente après la victoire du Brexit lors du referendum britannique. L'indice sectoriel EuroStoxx 600 Banks a signé la plus forte baisse, chutant de 14,46%, suivi de près par l'indice réunissant les sociétés d'assurance européennes qui a lâché plus de 11%. Les banques sont particulièrement sensibles à la santé de l'économie du continent : elles ont certes un rôle dans son financement, à travers leur activité de prêteurs, mais bénéficient aussi de sa bonne santé.

A Paris, symbole du lien (ferroviaire) entre l'Europe et le Royaume-Uni, Eurotunnel s'est effondré de 14,53% à 10 euros. L'alliance a été rompue brutalement ce matin, les britanniques ayant voté à 51,6% pour le Brexit. Cette sortie du Royaume-Uni de l'Union Européenne inquiète les investisseurs qui y voient des conséquences néfastes pour le groupe ferroviaire dont sa principale activité est de proposer des navettes entre le Royaume-Uni et la France. Pourtant, le PDG s'est voulu rassurant en confirmant les objectifs annuels du groupe.

Qu'ils s'agisse de Randgold (+20,37% à 7 770 pence), Fresnillo (+14,45% à 1 418 pence) à Londres, ou de Auplata (+6,48% à 1,15 euro) à Paris, les sociétés aurifères font partie des rares rescapées des marchés financiers en ce lendemain de victoire du Brexit au Royaume-Uni. Ces titres profitent à plein du regain d'appétit pour le métal précieux, traditionnelle valeur-refuge, vers lequel les flux désertant les actifs risqués ont été redirigés aujourd'hui. Ainsi, en plein après-midi, alors que l'Eurostoxx européen perd toujours plus de 7%, l'once d'or en gagne plus de 5% à 1 320 dollars.

Les chiffres macroéconomiques du jour

Au premier trimestre 2016, le produit intérieur brut en volume accélère de 0,6 %, après +0,4 % fin 2015. La précédente estimation, diffusée le 30 mai 2016, est ainsi confirmée, a indiqué l'Insee. Les dépenses de consommation des ménages se redressent nettement début 2016 à +1,1 % après +0,1%.

L'indice IFO qui mesure le climat des affaires en Allemagne a atteint 108,7 en juin. Les économistes tablaient sur 107,5 après 107,7 en mai.

L'indice de confiance du consommateur américain publié par l'Université du Michigan est ressorti à 93,5 pour le mois de juin après 94,3 en mai. Le consensus donnait une baisse moins prononcée à 94 points.

En mai, les commandes de biens durables ont baissé de 2,2% après une hausse de 3,3% (révisée +3,4%) le mois précédent. Les économistes tablaient sur une baisse de 0,6%.

A la clôture, l'euro chute de 2,65% à 1,1124 dollar.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant